Sante

Au CHU d’Angers, on soigne une sténose aortique sans ouvrir le thorax

Publié

le

Voici une valve aortique TAVI qui sert à soigner une sténose aortique. Crédit : C Jouannet CHU Angers

Avec la pose d’une valve biologique sans ouvrir le thorax, le CHU d’Angers est le seul établissement du Maine-et-Loire à proposer cette méthode. Aujourd’hui, plus de 2 000 patients ont vu leur sténose aortique soignée grâce à cette méthode.

La valve aortique TAVI révolutionne, depuis quelques années, la possibilité de soigner une sténose aortique sans ouvrir le thorax. Souffrir de sténose aortique, c’est souffrir d’un rétrécissement de la valve aortique dû à sa calcification. En perdant sa souplesse, celle-ci ne s’ouvre plus et ne remplit plus son rôle de clapet entre le cœur et l’aorte, provoquant essoufflement, douleur dans la poitrine, syncope, œdème pulmonaire, insuffisance cardiaque et à terme, le décès du malade.

Dans le Maine-et-Loire, aucun établissement n’est autorisé à pratiquer la pose de cette valve TAVI, mis à part le CHU d’Angers. L’hôpital a, d’ailleurs, ouvert un service entièrement dédié à cette pose en février dernier : le service Médico-chirurgical de valvulopathies. Il réunis cardiologues, chirurgiens et anesthésistes. Avec une prise en charge toujours plus efficace des malades de l’hémi-région Est des Pays de la Loire, la barre des 2 000 patients soignés avec cette valve aortique.

Remplacer une valve sans ouvrir le thorax

Réalisée en salle hybride (salle qui combine des technologies d’imagerie, de cathétérisme, et des équipements d’intervention chirurgicale), cette procédure interventionnelle permet la pose d’une valve biologique cardiaque en passant par l’artère fémorale depuis l’aine. L’accès par l’artère carotide ou la pointe du cœur peut également être envisagé si le passage par l’artère fémorale n’est pas possible.

Cette procédure interventionnelle, par voie fémorale, présente de multiples bénéfices comparés à une chirurgie cardiaque lourde, avec ouverture du thorax et mise en place d’une circulation extra corporelle. Le risque opératoire est minime avec moins de 1 % de décès pendant la procédure « TAVI ». Le temps opératoire est réduit :avec 45 minutes d’intervention contre 2 à 3 h pour une chirurgie cardiaque conventionnelle. C’est aussi la disparition des symptômes quasi immédiatement avec un rétablissement rapide. De plus, la durée moyenne d’hospitalisation est réduite de 3 à 4 jours, contre 7 à 8 jours d’hospitalisation en moyenne avec une chirurgie auxquels s’ajoutent une réadaptation.

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

32 − = 31