Culture

Esmeralda Da Costa, première lauréate de la résidence de création Arts Visuels au RU d’Angers

Publié

le

Crédit Jean-Baptiste Raimondi

Afin de soutenir les arts visuels, la Ville d’Angers propose l’accueil d’un artiste en résidence au Repaire Urbain (RU). Parmi plus de 80 candidatures reçues lors de la première édition de la résidence de création Arts visuels au RU, le choix du jury, composé de personnalités et de représentants de la Ville d’Angers, s’est porté sur le projet de l’artiste Esmeralda DA COSTA

Dans le cadre de son soutien au secteur des arts visuels et à la création, la Ville d’Angers propose, à partir de cette année, un nouveau dispositif annuel de résidence pour un ou plusieurs artistes plasticiens professionnels. « Accompagner les artistes, privilégier la rencontre entre les œuvres et le public, ouvrir le plus largement possible les portes de la création dans un lieu naturel et culturel d’exception : voici l’ambition de cette nouvelle résidence artistique à Angers explique Nicolas DUFETEL, Adjoint à la culture et au patrimoine. Le Repaire Urbain {…] est un cadre privilégié que nous souhaitons partager avec les artistes, dans le but d’encourager leur travail et de renforcer le lien avec le public, les expériences et les découvertes sensibles et esthétiques. »

Cette résidence au RU, rendue possible grâce à la mise à disposition d’un atelier d’artiste de 50 m² avec jardin, se veut un espace d’expérimentation, de création et d’échanges, donnant lieu à une exposition au RU. La bourse de création est dotée d’un montant de 6 000 €. L’artiste sera en résidence à partir du mois de juin avant d’être exposée au RU pendant 3 mois, à partir du 14 octobre 2021.

Esmeralda DA COSTA propose de revisiter le chef-d’œuvre monumental de l’art médiéval hébergé dans le château de la ville à savoir la tapisserie de l’Apocalypse. Son projet s’inscrira dans une démarche participative pour donner forme à une série photographique en très grand format et une création sonore. Les angevins seront sollicités et deviendront les performeurs des mises en scène imaginées par l’artiste à partir de scènes extraites de la tenture. Dans un jeu anachronique, elle construira une œuvre chargée de décalages historiques évocateurs et sensibles qui viendra interroger notre rapport au « monde d’après ». Son projet nommé « Apokálupsis » qui signifie « dévoilement » en grec voudrait lever le voile de cette période inédite qui nous bouscule à l’échelle mondiale et intime. « Tel un étendard brandi post-pandémie, la révélation d’un changement optimiste qui nous serait accordé de voir, enfin ? ».

Le Repaire Urbain

Depuis 2020, cet ancien restaurant universitaire situé dans le centre historique d’Angers et ouvert sur le jardin des Beaux-Arts est devenu un lieu de valorisation du patrimoine et de la création artistique où sont implantés Angers Patrimoines, l’artothèque et les Archives patrimoniales. Ce nouvel équipement municipal ouvert à des publics diversifiés propose dans le cadre du label Ville d’art et d’histoire, un Centre d’Interprétation d’Architecture et du Patrimoine (CIAP), dédié à l’histoire et l’évolution d’Angers et une vaste salle d’expositions, consacrée à la création contemporaine, aux projets patrimoniaux ou d’aménagements urbains marquants du territoire angevin.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1