Citoyenneté

Tour de France.Vers la 18ème étape, Gap / Alpe-d’Huez.[VIDEO]

Publié

le

Nouvelle démonstration de Christopher Froome. © A.S.O. / G.Demouveaux

Nouvelle démonstration de Christopher Froome. © A.S.O. / G.Demouveaux

Le contre-la-montre de Chorges se présentait paradoxalement comme un défi de grimpeurs. Le classement final confirme d’ailleurs les prévisions, puisque des montagnards raxés comme Rodriguez, Quintana et Contador sont tous les trois présents dans les 6 premiers de l’étape. Et naturellement, le meilleur grimpeur du peloton, qui avait déjà étalé ses talents dans ce domaine sur les pentes du Mont Ventoux, se retrouve une fois encore au sommet, avec une troisième victoire d’étape cette année, qui lui permet d’affirmer un peu plue encore son emprise sur le Tour 2013. Malgré une avance déjà importante dont il disposait avant de s’engager sur le parcours, Chris Froome a fait parler sa puissance sur les 32 kilomètres du parcours, où ses adversaires, à commencer par Alberto Contador, ont pourtant tout tenté pour revenir dans le match. Au final, il conforte son avance sur Alberto Contador, qui devient son premier poursuivant au général (à 4’34 »), en raison du recul de Bauke Mollema. Le grand perdant de la journée reste Jean-Christophe Péraud, qui a pris le départ avec une épaule blessée sur une chute dans la matinée. Une nouvelle chute en fin de parcours l’a contraint à l’abandon.

Péraud chute à l’entraînement

La journée commence très mal pour Jean-Christophe Péraud, qui chute lors d’une dernière reconnaissance du parcours, sur la fin de la première descente au programme. Le coureur d’AG2R La Mondiale se blesse à l’épaule droite, mais décide de braver la douleur, malgré une légère fracture immédiatement diagnostiquée.

Westra s’installe en tête

Moins inspiré par le parcours entre Embrun et Chorges que par celui du Mont-Saint-Michel, où il s’était classé 6ème, Svein Tuft établit le premier temps de référence, mais prend presque une heure à boucler les 32 kilomètres du parcours. Jonathan Hivert fait bien mieux, mais n’occupe le fauteuil de leader que pendant quelques minutes, puisque Marcel Kittel met 6 » de moins. Il est lui-même supplanté par Stuart O’Grady, mais c’est Lieuwe Westra qui s’installe plus durablement en tête de l’étape, avec un chrono de 54’02 », soit une moyenne de 35,53 km/h.

Izaguirre bat Westra

La particularité du parcours peut se juger à l’identité des rivaux qui se présentent sur la ligne : honnête rouleur, Alessandro De Marchi s’est surtout fait remarquer en s’imposant dans la station voisine de Risoul sur le Dauphiné, et a su exploiter la diversité de ses qualités pour s’approcher à 13 » de Westra, alors que le spécialiste Tony Martin échoue à 37 » du Hollandais. Surtout, l’identité du leader suivant donne une nouvelle confirmation, puisque Jon Izaguirre, rouleur occasionnel et bon grimpeur de l’équipe Euskaltel, bat Westra pour 4 secondes.

Van Garderen, puis la pluie

La première grosse performance est ensuite réalisée par Tejay Van Garderen, qui s’approche des 36 km/h grâce à un coup de pédale retrouvé, et aussi au choix tactique du changement de vélo au km 20, pour aborder la partie la plus roulante avec une machine de spécialiste. A la stratégie et à la puissance, le coureur américain ajoute une petite dose de baraka, puisqu’il termine son parcours peu avant l’apparition de la pluie.

Purito a son avantage

Mais l’intermittence des averses joue aussi des tours à Van Garderen, puisque les acteurs majeurs du classement général s’élancent finalement sur des routes plutôt sèches. Alejandro Valverde laisse une très grosse impression en reléguant à 1’21 » le temps de Van Garderen, mais les prestations à venir sont encore plus solides. Pas de la part de Jean-Christophe Péraud, qui quitte malgré son courage le Tour sur une deuxième chute… à 2 kilomètres du but. En revanche, Joaquim Rodriguez se montre à son avantage sur ce chrono, qu’il boucle avec 20 » de moins qu’Alejandro Valverde. Mais l’étape se joue finalement entre Alberto Contador et Chris Froome qui devancent tous les deux « Purito » à l’arrivée. Le leader de Saxo-Tinkoff le dépasse pour une petite seconde, mais la surenchère est un peu plus élevée su côté du Maillot Jaune : 9 » de mieux que Contador. Les deux hommes dominent maintenant le classement général, sachant que Bauke Mollema est sorti du podium sur une prestation insuffisante (11ème). Mais Froome a encore accru son avantage : 4’34 ».

L’analyse de l’étape de demain Gap / Alpe-d’Huez par Jean-François Pescheux

« Le frisson qui a parcouru le public lorsque nous avons présenté cette étape au Palais des Congrès prouve que nous ne nous sommes pas trompés : la double ascension de l’Alpe d’Huez fait sensation ! Il faut dire qu’elle intervient au terme d’une étape courte que nous avons voulu nerveuse, dynamique. Un parcours idéal pour les attaquants comme celui qui a permis à Contador, dans la dernière Vuelta, de renverser la vapeur, alors que tout le monde le croyait battu. Et justement, c’est un tracé pour lui, comme c’est un tracé pour Parito Rodriguez… Parvenir deux fois le premier à l’Alpe, l’année de la centième édition, ce sera quelque chose… »

Les scénarios de course sont quelquefois prévisibles, y compris sur des étapes de montagne qui s’achèvent sur une ascension longue, exigeante et spectaculaire. La phase d’observation s’éternise, l’emballage prend forme progressivement, avec la mise en place d’un train de plus en plus rapide, puis les grimpeurs les plus résistants ou les plus aériens sont amenés à s’expliquer sur quelques kilomètres, avec un butin chronométrique variable à la clé. Il se passe quelque chose de très différent aujourd’hui, avec une étape au format hors-normes au cours de laquelle les coureurs escaladeront à deux reprises une des ascensions les plus redoutables de la planète vélo : l’Alpe d’Huez. Le défi athlétique se veut déjà en lui-même sélectif. Il est de plus pimenté par un concours d’adresse qui sera organisé dans la descente suivant le col de Sarenne. Surtout, il pose des questions stratégiques cruciales à tous ceux qui souhaitent encore faire douter Chris Froome, du haut de ses 4’34 » d’avance sur le premier de ses poursuivants, Alberto Contador. L’ambition de combler un retard aussi important peut-elle coïncider avec un schéma de course traditionnel ? Dans quelle mesure est-il possible d’anticiper un mouvement de la part des rivaux directs de Froome ? Il n’y a probablement pas de recette infaillible, mais le profil de l’étape invite à toutes les audaces.

[dailymotion video/x118xyu]

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 1 = 1