Politique

Quelles solutions pour aider à la reprise des bars et des cafés d’Angers ? Le député Matthieu Orphelin dévoile ses propositions

Publié

le

La rue Saint-Laud à Angers, un lieu habité par les cafés et restaurants.

A Angers comme partout en France, les cafés et les restaurants devraient rouvrir le 2 juin. Pourtant, avec les mesures sanitaires imposées par le gouvernement, ces réouvertures s’annoncent progressives, alors que les deux mois d’arrêt ont déjà touché de plein fouet les plus petits commerçants. Pour leur faire éviter la faillite, Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire, présente des solutions envisageables.

Depuis le 16 mars 2020, la majorité des bars, des cafés et des restaurants sont fermés en France. Avec une réouverture prévue le 2 juin, ils seront sans doute ceux que la crise aura le plus touché, notamment les plus fragiles. Bien qu’ils pourront bientôt recommencer à accueillir du monde et à redémarrer leur commerce, les strictes règles sanitaires les contraindront, pour la majorité, à recevoir deux fois moins de clients. Un problème de taille pour ceux qu’appelle Matthieu Orphelin « l’âme de notre ville ». Le député du département raconte : « J’ai échangé ces dernières semaines avec de nombreux responsables de restaurants et cafés angevins […] Pour les plus petits d’entre eux, comment réouvrir avec deux fois moins de clients, après de longues semaines d’inactivité qui ont fortement impacté leur rentabilité économique et menace leur survie ? »

Alors, comment faire pour que ces réouvertures progressives ne soit pas le point de départ d’une longue liste d’annonce de faillite à Angers ? Selon lui, « la Mairie (d’Angers) peut facilement permettre aux restaurants et cafés d’accueillir plus de public tout en respectant la distanciation. »
Dans d’autres pays, des solutions temporaires et innovantes existent. A Athènes et New-York par exemple, la circulation des véhicules a été réduite en centre-ville afin de développer les terrasses tout en respectant les distanciations. Des grandes villes françaises comme Paris, Lyon, Bordeaux ou encore Nantes semblent également aller dans ce sens, en réservant des places de parking ou mêmes des rues entières aux commerces.

Matthieu Orphelin, quant à lui, appelle à une action du maire et du conseil municipal pour sauver les cafés et restaurants angevins : « Dès le 2 juin, permettons aux restaurateurs et cafetiers d’étendre leurs terrasses sur les trottoirs ou sur la rue le soir, le midi ou le week-end, ou bien en partie sur les zones de stationnement » explique-t-il. Il conclut en proposant des noms de rues d’Angers à adapter temporairement, comme le passage à une seule voie de la rue Beaurepaire et du boulevard du Maréchal Foch (seulement le soir et le week-end) ou encore la piétonnisation des rues Bodinier et Boisnet le soir, pour en faire des « rues-terrasses ». Enfin, il demande la suppression des places de parking et de livraison rue de la Parcheminerie, le midi et le soir. Tant de propositions qui seraient une aide cruciale pour les restaurateurs. 

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 30 = 40