Transport

Fédération Nationale des Transports Routiers précise un point important pour l’obligation d’apposer des autocollants « angle mort »

Publié

le

C’est au tour de la Fédération Nationale des Transports Routiers de parler des autocollants « angle mort ». La fédération a souhaité apporter un point important à ce sujet après la réaction de Mathieu Orphelin.

La Loi sur les Mobilités votée en décembre 2019 introduit une obligation pour tous les transporteurs routiers de « signaler sur l’ensemble des camions les angles morts afin que les autres usagers de la route puissent en être avertis« . Pour la Fédération Nationale des Transports Routiers, « si l‘intention est bonne, la mise en place de cette mesure est, elle, digne d’un ouvrage de Kafka. En effet, la loi promulguée en décembre 2019 devait être suivie d’un décret d’application pour en préciser les dispositions. Puis, un arrêté devait donner les modalités concrètes d’installation de ce nouveau dispositif, avec pour objectif une installation générale au 1er janvier 2021« .

Préciser un point important

Il y a quelques jours, le député de Maine-et-Loire, Mathieu Orphelin, réagissait au sujet du report de obligation des autocollants « angle mort ». A cette réaction, la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) a souhaité apporter une précision sur un point important de ce report. Pendant des mois, la FNTR, aux côtés des autres organisations professionnelles, indique avoir « questionné les pouvoirs publics sur de nombreuses problématiques techniques« , elle a alerté sur de « possibles difficultés de mise en œuvre concrètes de la mesure« . Elle précise donc que le décret « ne répondant que partiellement à ces interrogations » selon elle, est paru le 19 novembre 2020… « soit 11 mois après le vote de la loi et un mois et demi avant son application généralisée« . En outre, l’arrêté qui doit valider définitivement le modèle d’autocollants ainsi que les endroits où l’apposer selon le type de véhicule « ne paraitra que le… 5 janvier 2021 !!! Soit 5 jours après la date légale de mise en place du dispositif par les transporteurs« .

La sécurité routière est « un sujet trop important pour être traité de la sorte ! Pourtant, les pouvoirs publics restent sourds aux demandes répétées des organisations professionnelles d’un report de cette mesure afin que cette dernière puisse être appliquée efficacement » explique la FNTR. S’il s’agit d’un sujet de sécurité routière, « il doit être abordé de manière plus efficiente et non pas dans la précipitation parce qu’une date a été fixée dans une loi et que les services concernés ont tardé à publier les textes réglementaires !« 

Aujourd’hui, « seuls les parlementaires peuvent agir concrètement par voie législative pour repousser la date d’entrée en vigueur de cette obligation. Nous comptons sur eux » déclare la FNTR.