Culture

Lo’Jo tête d’affiche de la 14ème édition du festival des Traver’Cé Musicales.

Publié

le

Lo’Jo tête d’affiche de la 14ème édition du festival des Traver’Cé Musicales.

Pour cette 14ème édition des Traver’Cé Musicales aux Ponts-de-Cé près d’Angers, la programmation éclectique et variée de ce festival de musiques métissées nous entraîne aux quatre coins du monde !

Du samedi 30 juin au dimanche 1er juillet, une dizaine de groupes vont vous embarquer vers des destinations du monde entier, dont les Balkans le samedi avec l’artiste Shantel et retour prévu avec un atterrissage en douceur le dimanche soir avec le groupe angevin Lo’Jo.

Le temps d’un week-end, les Traver’Cé Musicales vous proposent ainsi de faire escale au sein d’un site d’exception, lieu de plein air situé dans les douves du château du Roi René d’Anjou, et à deux pas de la Loire et de sa vallée inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco, pour découvrir dans une ambiance festive et conviviale, un savoureux mélange musical de styles et de cultures d’ici et d’ailleurs.

Une Traver’Cé du monde en musique, un moment d’écoute, de partage et de découvertes en famille, et à un prix défiant toute concurrence…puisque c’est gratuit !

Shantel

Illustre personnage chez les adeptes de la techno depuis les années 1990, Shantel se fait connaître du grand public avec son album Disko Partizani en 2007. Artiste du Downbeat-Act le plus connu d’Allemagne, il règne en maître dans l’art de marier les sons exotiques à l’électronica, dans laquelle il intègre des thèmes balkaniques. Accompagné d’un véritable orchestre, le Bucovina Club Orkestar, il électrise festivals et partys à un tempo effréné, enchantant avec son énergie increvable et incontrôlable.

Lo’Jo tête d’affiche de la 14ème édition du festival

Après plus d’une quinzaine d’albums enregistrés depuis le début des années 80, des centaines de concerts sur tous les continents, des collaborations prestigieuses (Robert Plant, Tinariwen, Robert Wyatt, Archie Shepp…) et une aura que plus grand monde ne songerait à contester, le groupe angevin réécrit l’histoire avec son dernier album sorti en septembre 2017 [FONETIQ FLOWERS]. Ou presque.

On retrouve bien entendu ici ou là les grands marqueurs de l’esthétique de l’orchestre emmené par Denis Péan, mais un souffle inédit traverse bel et bien ces treize titres enregistrés aux quatre coins du monde (Austin, Lafayette, Séoul, Tbilissi, Cotonou, Paris et Bamako). Paradoxalement, c’est pourtant probablement leur disque le moins « ethnique » malgré la présence d’un kayagum coréen, d’un panduri géorgien, d’un daf iranien, d’un rik ou d’un oud, et certainement le plus électro-acoustique de leur discographie. Peut-être parce que le groupe a invité le touche-à-tout Albin de La Simone à venir ajouter des couleurs avec ses claviers hétéroclites ? Ou peut-être parce que LO’JO y a simplement osé de nouvelles envies qui le taraudaient depuis longtemps ? Qui aurait par exemple imaginé un jour entendre un duo avec le rappeur du groupe suisse Puts Marie (« Noisy Flower ») ?

Avec ce nouvel album le groupe LO’JO donne l’impression d’éclore à nouveau.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 1 =