Technologie

Atos (ex-Bull) va créer à Angers son usine du futur et promet l’emploi d’une centaine de salariés qualifiés.

Publié

le

Credit Google/ Atos (ex-Bull) va créer à Angers son usine du futur et promet l’emploi d’une centaine de salariés qualifiés.

Atos annonce aujourd’hui le lancement officiel du projet de construction de son usine du futur à Angers. Sur le site de l’ex-Bull, l’entreprise angevine va s’étendre sur près de 12Ha dont 8Ha dédiée à la production contre 4Ha actuellement et promet l’emploi d’une centaine de salariés qualifiés d’ici 2025/2026.

Implanté à Angers depuis 60 ans, grâce au rachat de Bull en 2014, Atos y produit et y teste ses supercalculateurs, son simulateur quantique, ses serveurs hauts-de-gamme et ses produits et technologies de cryptologie et cybersécurité.

Atos va déconstruire progressivement son usine actuelle pour en reconstruire une nouvelle sur un site de 12Ha dont 8 sont réservés à la production. Début du chantier en 2023 pour une livraison prévue en 2025/2026.

A terme, ce projet va permettre la création d’une centaine d’emplois qualifiés en complément des 235 salariés déjà présents à Angers et va faire de l’usine un véritable centre d’innovation européen, fleuron du Groupe à l’échelle internationale.

D’une durée de 5 ans à compter de l’instruction du permis de construire, « le chantier affichera un coût total de 60 millions d’euros et représentera le plus important investissement industriel réalisé sur le territoire angevin au moins au moins 30 ans «  explique Christophe Béchu Maire d’Angers

La chaleur issue de l’usine réinjectée dans le réseau de chaleur urbain

« La conception du site permettra également de réinjecter la chaleur dite fatale issue de la construction de ses serveurs et supercalculateurs dans le réseau de chauffage urbain. » indique Vincent Sarracanie, Directeur Atos Angers. Cette production de chaleur permettrait également à la Ville d’économiser la construction d’une nouvelle chaufferie biomasse.

Avec des niveaux de sécurité et de qualité à l’état de l’art et des coûts de fonctionnement
réduits de 30%, l’impact carbone sera optimisé pour répondre aux plus hauts standards
du monde de l’industrie.

Une usine du futur

Les technologies développées dans cette usine sont utilisées par des clients du monde entier – le CEA, Météo France, l’agence française nationale du calcul intensif GENCI ou encore des universités de recherches européennes comme en Italie – afin d’effectuer des prévisions météo, modéliser des crash tests automobiles ou encore exploiter la génomique à des fins de
médecine personnalisée.

Afin de mieux répondre à la demande régionale, nationale et internationale, la nouvelle
usine s’appuiera sur les principes de l’industrie 4.0 pour renforcer la qualité et la performance du site, tout en répondant aux normes environnementales les plus exigeantes. Ce projet d’édification d’une usine 4.0 s’appuie sur les leviers suivants : la digitalisation, la cybersécurité et sûreté, la connectivité (IoT), la robotique, la cobotique (collaboration homme-robot) ou encore l’ingénierie collaborative. Le projet va permettre de doubler la capacité de production actuelle tout en améliorant la productivité de 30%.

Aujourd’hui, l’agglomération angevine assure, via son satellite ALTER , la restructuration globale du site ( L’opérateur sera le maitre d’œuvre de l’opération) afin de pouvoir accueillir la nouvelle usine 4.0 d’Atos. Cette initiative sera financée par la Région Pays de la Loire (€1,5m) en faveur de l’accélération des projets industriels.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info