Faits Divers

Trois personnes mises en examen pour l’assassinat de deux octogénaires en Sarthe

Publié

le

Image d’illustration.

Suite à la survenue de deux décès suspects d’un couple d’octogénaires à Chahaignes, dans le sud de la Sarthe, une enquête pour présumé double assassinat a été ouverte. Trois personnes ont été mises en examen dans le cadre de cette affaire, selon les informations fournies par la procureure de la République du Mans, Delphine Dewailly.

L’enquête a été déclenchée à la suite de l’intervention de l’avocat des ayants droit d’une dame âgée de 85 ans, décédée le 15 janvier 2024, et dont le corps était sur le point d’être incinéré. Des interrogations ont été soulevées concernant les circonstances de son décès, survenu peu de temps après celui de son compagnon, le 29 décembre 2023, tous deux décédés au domicile du fils du compagnon, selon Ouest-France.

Trois personnes ont été interpellées, notamment le fils de l’octogénaire, sa compagne et le fils de cette dernière, qui cohabitaient avec les deux personnes âgées. Les investigations ont éclairé « l’intervention d’un tiers comme cause du second décès, ainsi que l’appropriation de toutes les valeurs financières des défunts, se portant à plusieurs dizaines de milliers d’euros ».

Trois suspects : le fils de l’octogénaire, sa compagne et le fils de cette dernière, âgés de 19, 50 et 53 ans

Des témoignages ont également laissé entendre que les personnes âgées ne disposaient pas de leur liberté de mouvement et étaient parfois enfermées à leur domicile. Les trois suspects, âgés de 19, 50 et 53 ans, ont été mis en examen pour « des chefs d’assassinats ou complicité, violence sur personne vulnérable, abus frauduleux de l’ignorance ou de la faiblesse d’une personne vulnérable et recel, recel de cadavre et séquestration arbitraire ». Ils ont tous été placés en détention provisoire.

Les enquêtes en cours, supervisées par le juge d’instruction, visent à reconstituer le parcours et les conditions d’accueil des personnes âgées dans les mois précédant leur décès. Les mis en cause, bien que n’ayant pas d’antécédents judiciaires à l’exception d’une condamnation pour escroquerie pour la femme mise en cause, font l’objet d’une enquête approfondie pour élucider les circonstances de ces décès suspects.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 46 = 54