Angers

Angers Loire Métropole prévoit de renforcer sa politique de soutien au logement

Publié

le

Lors du conseil communautaire de ce lundi 12 février, doivent être votées des mesures de soutien aux secteurs de l’habitat et du logement : un organisme de foncier solidaire afin de diminuer le coût du logement et en permettre l’accès à des revenus modestes, et le soutien à la construction de logements locatifs.

Comme nous l’annoncions le 20 janvier dernier, les promoteurs privés en grande difficulté allaient bénéficier du soutien des bailleurs sociaux pour la création de 875 logements sur l’agglomération, alors que les secteurs du bâtiment et du logement éprouvent des difficultés. Dans ce cadre, le rôle d’Angers Loire Métropole est de jouer les entremetteurs entre les deux parties.

Selon le maire d’Angers et président de la communauté urbaine Jean-Marc Verchère, environ « un tiers des projets de construction sont complètement bloqués, un tiers avance au ralenti, et un dernier tiers des projets aboutiront ». Le but est, logiquement, de donner la priorité aux projets temporairement stoppés.

Cela passe par un rachat. « On va devoir mettre la main à la poche », affirme le président d’Angers Loire Métropole. Pour résoudre cette problématique, la collectivité envisage d’acquérir certains projets immobiliers en difficulté à des tarifs raisonnables, afin de les transformer en logements sociaux. Environ 700 à 750 logements, issus d’une trentaine de projets immobiliers, pourraient ainsi bénéficier de cette initiative.

Un organisme foncier solidaire pour aider à l’accession sociale à la propriété

Lors du conseil communautaire de ce lundi 12 février, les débats se porteront aussi sur la création d’un organisme foncier solidaire. Le but : « acquérir et gérer des terrains afin de produire des logements en accession sociale à la propriété » pour les ménages à faibles revenus. Cet organisme foncier solidaire rentre dans une politique de long terme en conservant les terrains achetés pendant des années.

A terme, le but est que les ménages puissent devenir propriétaires de ces logements, en réalité de leur partie bâtie. Ils paieraient alors « une redevance locative sur la partie foncière auprès de l’organisme ». Les logements concernés seraient à la fois des logements sociaux et intermédiaires, pour répondre à une volonté de mixité sociale que la communauté urbaine veut porter.

Pêle-mêle, le conseil communautaire abordera également les sujets du tri des biodéchets avec le déploiement de composteurs privés, collectifs et de bornes dédiées à leur collecte dans l’hypercentre d’Angers ; ou encore le débat d’orientations budgétaires 2024, alors que la dette se situe toujours en dessous des 600 millions d’euros, 587,9 millions précisément dont 207 dus aux travaux du tramway, et qu’Angers Loire Métropole dit avoir préservé sa capacité de désendettement.