Angers

Départementales 2015 – Maine-et-Loire. Au Parti Socialiste, on affiche un « désir de clairvoyance » et de « cohérence !

Publié

le

Les candidats PS aux élections départementales à Angers avec Christophe Clergeau, vice-président du Conseil régional des Pays de Loire.

Les candidats PS aux élections départementales à Angers avec Christophe Clergeau, vice-président du Conseil régional des Pays de Loire.

Tenaces. Les candidats PS du mouvement Energie solidaire aux prochaines élections départementales à Angers ne partent pas défaitistes, bien loin de là. L’occasion pour eux aujourd’hui de rappeler leurs propositions pour le département avec un soutien de choix : Christophe Clergeau, vice-président de la Région Pays-de-la-Loire, et candidat à la présidence de la Région en décembre prochain.

Si la majorité départementale actuelle rêve d’un « grand chelem » aux prochaines élections, à gauche, on joue en ordre dispersé : Europe Ecologie les Verts, Parti communiste, Front de gauche, Nouvelle donne, et le PS et son Energie solidaire. Ces derniers affichent pour leur programme un « désir de clairvoyance » et de « cohérence », arguant notamment que « lorsqu’il y a moins d’argent publique, il faut aller à l’essentiel » et « arrêter de financer des projets à coup de dette ». Ils souhaitent également recentrer les actions du département autour de l’action social, tout en réformant les structures afin de travailler en équipe avec les collectivités.

«  Faire un social intelligent »
Le social reste un point central dans le programme de Grégory Blanc, chef de file socialiste pour les élections départementales et premier secrétaire PS en Maine-et-Loire. Il pointe ainsi du doigt les 40 000 € de dotation investis l’an dernier par le Conseil Général pour les aides de première nécessité l’an dernier, investissement réduit cette année à 20 000 €. « Ce sont donc les communes qui doivent palier à ces diminutions, alors qu’il s’agit pourtant d’une compétence du Conseil Général », avance Grégory Blanc. Celui-ci revient également sur l’arrêt du financement des centres de loisirs et des éducateurs de rue : « Le Conseil Général se retire des quartiers, il se retire des villes. »

« Un manque de performance »
Grégory Blanc remet également en cause un manque d’efficacité du Conseil Général du Maine-et-Loire. Selon lui, « il faut que le département se recentre sur ses missions et assure ses responsabilités sur son cœur de métier ». D’après le candidat PS, cela n’implique pas de nouvelles dépenses, mais une « réforme des structures », en créant du lien entre le département et la Région, et avec les collectivités locales. « On pourrait mieux répondre au besoin en faisant autrement ». Grégory Blanc définit donc le programme d’Energie solidaire comme un « programme alternatif ».

La rédaction avec Mathieu Batardière

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 2