Angers

Festival Cinémas d’Afrique : projections et rencontre avec les réalisateurs.

Publié

le

Crédit RS et HQ/ Rencontre avec Amin Sidi-Boumédiène salle Chemellier

Hier soir avait lieu la cérémonie d’ouverture, haute en couleur, de la quatorzième édition du Festival Cinéma d’Afrique d’Angers. Aujourd’hui, première journée et un programme chargé : projections de longs et courts métrages, documentaires et des rencontres avec les réalisateurs.

L’après-midi commence au Gaumont Variétés, où était projeté les courts-métrages « Demain, Alger ? » d’Amin Sidi-Boumediène venu d’Algérie et « Moly » de Moly Kane originaire du Sénégal. S’en est suivi un documentaire de Boubacar Gakou du Mali avec « Terre verte ».

A 17h, retour sur les projections. Comme chaque jour durant le festival, les réalisateurs des films en compétition s’invitent, salle Chemellier afin de partager leur expérience avec les spectateurs. L’occasion pour tous de demander précisions, témoignages et anecdotes sur le tournage et les sujets des films mais aussi de débattre autour de sujets tels que la liberté d’expression et de diffusion concernant le cinéma en Algérie. Le réalisateur de « Demain, Alger ? » confie que contrairement aux idées reçues, il n’a rencontré aucuns problèmes pour le tournage de son film. En revanche la censure se fait plus ressentir du côté du système de diffusion algérien, le cinéma n’étant pas forcément ancré dans leur culture.

Très peu de moyen, une équipe de bénévole, un casting sauvage et un emploi du temps de tournage regroupé sur cinq jours, Amin Sidi-Boumédiène a du mérite et reste très satisfait de la manière dont le film s’est réalisé. « C’était très agréable et à la fois très compliqué » Convaincu que de grands moyens financiers ne sont pas nécessaires à la réalisation d’un film, il a voulu tout miser sur le visage des comédiens en les faisant jouer à huis clos.

Autre temps fort de la journée, le film « Malagasy Mankany » de Haminiaina Ratovoarivony arrivant de Madagascar. Ce film, nous raconte l’épopée de Jimi et de ses deux meilleurs amis à travers Madagascar, pour rejoindre le village de son père tombé gravement malade. Il s’agit d’un parcours initiatique sous forme de road movie, à la découverte d’une jeunesse malgache confrontée à de nombreux défis. Un film autoproduit pour imaginer des possibilités pour le pays, à travers différents personnages.

Toujours au Gaumont Variétés à 20h, le film « Le Capitaine Nakara » de Bob Nyanja, originaire du Kenya sera projeté. Cette première journée de festival s’achèvera à 22h avec la diffusion de deux documentaires : « Yvette » de Marie Bassolé et Ferdinand Bassono, tous deux originaires du Burkina Faso et « Le Président Dia » de Ousmane William Mbaye venu du Sénégal ainsi que le court-métrage de Maryam Touzani « Quand ils dorment ».

A retenir : « Demain, Alger ? » et « Terre verte » seront projetés de nouveau vendredi 19 à 20h pour les retardataires et « Malagasy Mankany » à 22h.

Romane Saget et Hugo Quinton

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 9 = 1