Culture

A Angers, l’événement Cinéma Sprint est de retour et lance les inscriptions pour sa deuxième édition

Publié

le

Quentin Ménard (à gauche) et François Gobert (à droite) lors de la première édition de Cinéma Sprint à Angers.

Créé en 2020 par François Gobert et Quentin Ménard, Cinéma Sprint revient à Angers fin mai pour sa deuxième édition, malgré le contexte sanitaire. Alliant l’artistique à l’entrepreneuriat, l’événement s’adresse à tous les amateurs du monde du cinéma, professionnels ou non.

Avec 45 participants, une vingtaine de partenaires dont le festival « Premiers Plans », plus de 200 spectateurs et 3000 vues sur Facebook, l’événement angevin Cinéma Sprint a connu un succès déjà important lors de sa première édition. Ce jeudi 29 avril, François Gobert et Quentin Ménard, créateurs du projet, ont annoncé son retour du 28 au 30 mai 2021. « Avec Quentin, nous nous sommes rencontrés sur ce genre d’événement plutôt axés entrepreneuriat et créations d’entreprises. On a voulu adapter cette recette événementielle au monde culturel cinématographique » témoigne François Gobert, dirigeant de What the Hack.

Malgré la crise sanitaire, les deux entrepreneurs désiraient réellement continuer à développer leur projet : « Le but du jeu, c’est de faire perdurer l’événement pour qu’il fasse émerger des vrais projets cinématographiques. Cela demande plusieurs éditions et de la récurrence […] Cette deuxième édition est vraiment importante pour nous puisque c’est une confirmation. On veut faire pareil mais en mieux et en plus grandiose » développe François Gobert. « Face à la crise, on s’est creusé la tête avec toute l’équipe pour imaginer plusieurs scénarios et maximiser nos chances de maintenir l’événement ». Même s’ils sont conscients que la situation sanitaire a été vectrice de modifications importantes, François Gobert et Quentin Ménard ne comptaient donc pas changer leurs ambitions.

Entre entrepreneuriat et monde artistique

« Le principe, c’est un week-end de rencontre entre des personnes intéressées par le cinéma – que ce soient des amateurs, des semi-pros ou des professionnels – et qui vont vouloir se retrouver dans un espace pour créer des choses ensemble pendant un week-end » explique Quentin Ménard. Ainsi, pendant 54 heures, 40 à 50 participants relèveront le défi de créer, en équipes, un film d’une durée de 5 minutes maximum.

Pour ce faire, pas besoin de venir en groupe ou avec un projet déjà construit : « les équipes sont constituées sur place, le vendredi soir, pour permettre aux personnes de venir seules si elles le souhaitent […] De manière générale, on incite tout le monde à se mélanger » rajoute-t-il.

Durant cette même soirée, chacun est libre de présenter en 60 secondes le projet audiovisuel qu’il aimerait réaliser durant le week-end. A la suite d’un vote, un certain nombre d’idées sont retenues et les participants sont répartis en équipe selon leurs préférences : « L’idée, c’est de faire le prototype d’un projet mais surtout d’être capable de montrer à la fin de l’événement quel serait le vrai projet au-delà de leur réalisation. L’intérêt de Cinéma Sprint, c’est aussi de sensibiliser à la production de projet et donc à l’entrepreneuriat ».

Concrètement, les participants sont épaulés l’ensemble du week-end par des mentors et des coachs professionnels dans le domaine, mais aussi par des ateliers structurant leurs créations. « Le travail de création a lieu à WeForge, rue Lenepveu. Chaque équipe aura son espace et du matériel à sa disposition, tout en respectant bien entendu le protocole sanitaire » précise François Gobert.

Conclure dans une salle de cinéma ?

Si les conditions le permettent, le final devrait se dérouler dans une des salles du cinéma Pathé Angers, nouveau partenaire de Cinéma Sprint. « Ce serait génial. Pendant un week-end, tu es enfermé dans une pièce à avancer sur ton travail et le dernier jour, tu marches dans la rue jusqu’au Gaumont et tu te retrouves dans une salle de cinéma à voir ton film sur un grand écran. C’est le côté magique de tout cela » se réjouit Quentin Ménard. Bien qu’il soit peu probable que cette clôture soit accessible au public, un live Facebook, comme l’année dernière, retransmettra en direct les différentes réalisations.

En plus d’instaurer un prix du public et un prix de la presse, un jury décidera à la fin du week-end de la meilleure réalisation. Parmi ses membres, le nom de Yves Piat, réalisateur nantais nominé aux Oscars 2020, est déjà connu.

50 places disponibles dès maintenant

Avec des frais de participation de 63 € ou de 35 € pour les étudiants, incluant les repas et les boissons, les organisateurs tiennent à rappeler que « les participants s’engagent pour l’ensemble du week-end et que le but n’est vraiment pas d’arriver avec une production déjà démarrée ».

Aujourd’hui, l’inscription à l’événement est d’ores-et-déjà possible sur le site internet pour tous les passionnés du monde du cinéma. Limitée à 50 places, les deux hommes veillent logiquement à ce que tous les secteurs soient bien représentés afin d’éviter un déséquilibre lors de la constitution d’équipes. « C’est ouvert vraiment à l’ensemble des différents profils du monde du cinéma et de l’audiovisuel : techniciens, ingénieurs son, comédiens, scénaristes, cinéphiles… » souligne Quentin Ménard. « Tout le monde peut exposer un projet. On essaye vraiment de suivre un fonctionnement horizontal, dans lequel le côté humain prime avant tout. »

Au vu des récentes annonces gouvernementales, Cinéma Sprint devrait maintenir sa forme initiale. Dans le cas d’un nouveau renforcement des restrictions, un format hybride mélangeant distanciel et présentiel serait mis en place, mais l’événement ne serait pas annulé.

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 4 = 7