Culture

L’art comme échappatoire de la maladie à Angers.

Publié

le

Yves Gérard au milieu et Marie-Claire Compagnon à droite, exposent une sélection d’oeuvre à l’institut de cancérologie de l’Ouest.

L’institut de cancérologie de l’Ouest expose, dans leur hall d’entrée des oeuvres de différents peintres jusqu’au 2 juin. Personnels, patients et publics peuvent venir admirer les toiles mises à disposition dans le cadre du mois des arts.

«Il y a quelques années quand j’étais en psychothérapie, l’art a été l’une de mes thérapie» explique Yves Gérard, ancien musicien de l’orchestre national des Pays de la Loire et aujourd’hui peintre autodidacte.

Un échappatoire

«C’est un moyen pour les patients de s’échapper et ça ouvre des perspectives différentes» soutient Mme Chambre-Clavel, directrice des soins de l’ICO. Les patients peuvent venir librement admirer ces oeuvres qui n’ont pas forcément de rapport à la maladie. Marie-Claire Compagnon était directrice marketing lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein métastasé. «C’est lors de mes ateliers de thérapie que j’ai commencé à peindre, c’était un moyen de m’exprimer» explique-t-elle. Aujourd’hui, une sélection de ses oeuvres est exposée à l’ICO.

Développer ses passions malgré la maladie

Des passions peuvent naître pendant la maladie, l’objectif est donc d’encourager les patients à exercer leur passion. «Bien qu’on soit malade, on peut faire quelque chose» poursuit Yves Gérard. L’art pouvant être un moyen d’expression pour beaucoup, Mme Chambre-Clavel espère que les patients oseront se lancer.