Citoyenneté

Le Maine-et-Loire s’engage pour les réfugiés ukrainiens dans le département

Publié

le

DR – Florence Dabin, présidente du département et Rosie, écolière lors de la remise des dons ce mardi.

Depuis début mars, le département Maine-et-Loire se mobilise avec le vote a l’unanimité d’une enveloppe de 100 000 € pour les communes souhaitant aider les ukrainiens et la Croix-Rouge.

Alors que les initiatives solidaires en faveur des réfugiés ukrainiens se multiplient partout en France, le Maine-et-Loire agit lui aussi de son côté. Ce mardi cet engagement a pris une toute nouvelle dimension avec une remise de dons au Centre Technique Départemental des Ponts-de-Cé.

Une union qui fait la force

C’est sous l’impulsion du département, de la Chambre des Commerces et de l’Industrie et de l’Association des maires de France que presque 8000 produits en tout genre ont été remis à des associations, qui agissent en faveur des ukrainiens, en plus de 10 palettes de vêtements et 2 palettes de jouets.

Parmi les associations concernées, figurent Aide Accueil, France Horizon, ASEA, Cités Caritas, Abri de la Providence et Spodiva. Ces organismes avaient déjà recueilli beaucoup de dons, ce qui fait un total de 19 373 produits.

Une solidarité de tous, même de la jeune Rosie

500 de ces produits ont été recueillis par Rosie, une élève de 11 ans qui , de sa propre initiative, a sollicité ses professeurs et camarades d’école pour faire des dons aux réfugiés. Par la suite, une opération de dons de la part de familles des enfants a été organisée dans l’école : « Au début je ne m’attendais pas à ce que cela fonctionne aussi bien, je suis contente que les gens aient donné pour les ukrainiens », affirme-t-elle.

Un lieu de sécurité

Aujourd’hui, ce sont 750 personnes réfugiées ukrainiennes dont 287 enfants qui sont arrivés en Maine-et-Loire depuis le début du conflit, et plus de la moitié des enfants sont aujourd’hui scolarisés. Ils ont été accueillis dans différentes communes du département : La Pommeraye, Trélazé, Chemillé, Saumur, Cholet, Segré ainsi qu’Ecouflant.

Pour Florence Dabin, Présidente du département : « L’actualité nous montre chaque jour que cette crise humanitaire est appelée à durer et que l’accueil des réfugiés devra continuer à s’organiser et se structurer. L’élan de fraternité peut prendre des accents magnifiques, et l’exemple de ce que nous vivons aujourd’hui en est la parfaite illustration ».