Sarthe

Inauguration de l’extension de la plaine africaine au zoo de La Flèche

Publié

le

Image d’Illustration

Après dix-huit mois de travaux, le zoo de La Flèche est prêt à dévoiler l’extension de sa plaine africaine dédiée aux girafes. Dès le mercredi 10 juillet 2024, les visiteurs pourront explorer trois hectares de savane, conçus pour offrir un espace plus vaste et naturel aux sept girafes du parc.

Selon France Bleu, l’investissement dans cette extension s’élève à trois millions d’euros. « Cela a été plus d’un an de réunions hebdomadaires entre le vétérinaire, le chef animalier, le responsable technique et moi-même », raconte Céline Talineau, directrice du Zoo de La Flèche. « La plaine des girafes est dix fois plus grande que l’ancien environnement qu’elles avaient sur le plateau historique du parc. »

Deux nouveaux bâtiments ont également été inaugurés le 20 juin 2024 : un pour les girafes et un autre pour les herbivores. Le bâtiment des girafes, avec ses 500 m² et plus de six mètres de haut, est divisé en trois sections : le quartier du mâle Uzule, un box communautaire pour les femelles et une partie médicale.

Innovations pour le Bien-être Animal

Parmi les nouveautés, le zoo a acquis un tamer, un équipement innovant en provenance des États-Unis. « C’est comme une sorte de mini-couloir avec des coussins et on peut le fermer devant et derrière l’animal », explique Cyril Hue, vétérinaire au zoo. Cet outil permet aux soigneurs d’accéder à toutes les parties de l’animal, facilitant les soins médicaux tels que les examens des yeux ou les prises de sang. Le tamer, coûtant 80 000 dollars (environ 74 000 euros), est une première en France après celui de Vincennes.

En plus des girafes, quatre nouvelles espèces rejoignent la plaine africaine : des zèbres, des autruches, des impalas et des gemsboks (oryx gazelles). « On va démarrer avec une quinzaine d’individus. Les effectifs vont grossir au fur et à mesure des mois, puisque nous sommes en phase d’habitation et d’inauguration de cette plaine », ajoute Cyril Hue. En tout, une trentaine d’animaux cohabiteront sur ce nouveau territoire.

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 5 = 2