Social

A Angers, Des personnes en situation de handicap en colère pour la déconjugalisation du calcul de l’AAH.

Publié

le

Credit AM – Plusieurs associations se mobilisent aujourd’hui en faveur de la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé.e. à Angers, ils sont rassemblés ce midi Place Imbach à Angers à l’appel d’APF France handicap, comme Nathalie et Dominique.

Plusieurs associations se mobilisent aujourd’hui en faveur de la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé.e. à Angers, ils sont rassemblés ce midi Place Imbach à Angers à l’appel d’APF France handicap.

Aujourd’hui, le montant de l’AAH dépend des revenus du conjoint. En pratique, ce mode de calcul place les femmes en situation de handicap sous la dépendance financière de leur conjoint. « Dès le SMIC atteint c’est déjà trop et une décote de l’AAH est engagé » explique Katherine Fremy-Lefeuvre, responsable de l’APF France handicap de Maine-et-Loire

Dès que le conjoint travaille les revenus sont impactés, c’est le cas de Nathalie atteinte d’une forme de myopathie en fauteuil roulant et ne pouvant travailler et de son mari Dominique. « Mon mari travaille, je ne peux pas travailler et j’ai besoin d’une aide 24h/24, mon aide est réduite quasiment de moitié, mais il me reste pour autant des dépenses qui ne sont pas prises en charge » déplore Nathalie. « Il faudrait revoir le mode de calcul et le plafond de l’AAH, nous avons aujourd’hui des couples qui sont en difficulté. Aussi, on nous oppose le RSA, mais le handicap n’est pas un choix, nous voulons juste un revenu d’existence décent » fustige Katherine Fremy-Lefeuvre, responsable de l’APF France handicap de Maine-et-Loire

Le 17 juin dernier, dans le cadre de l’examen de la proposition de loi portant diverses mesures de justice sociale, le Gouvernement a refusé la déconjugalisation de l’AAH,

« C’est une question de justice, c’est aussi une question d’égalité entre les femmes et les hommes. Pourtant, malgré la “grande cause du quinquennat”, le Gouvernement s’y oppose. » fustige Albane Gaillot – Députée du Val-de-Marne. « Ne plus tenir compte du revenu du partenaire est un enjeu majeur de la lutte pour l’autonomie et l’inclusion des personnes handicapées. « dénonce le PRG du Maine-et-Loire dont deux sénatrices ont voté pour le texte

Un projet de loi qui allait dans ce sens a été voté au Sénat mais rejeté à l’Assemblée Nationale par la majorité présidentielle, alors qu’il fédérait une majorité de Françaises et Français.

Le 12 octobre, la proposition de loi portant diverses mesures de justice sociale sera examinée par le Sénat. La déconjugalisation du calcul de l’AAH est demandée par de nombreuses associations, des parlementaires et est recommandée par le Haut Conseil à l’Egalité.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 6 =