Angers

Conseil régional des Pays de la Loire : focus sur l’action régionale en matière de recherche

Publié

le

La Commission permanente du Conseil régional des Pays de la Loire, réunie le lundi 3 octobre 2011 sous la présidence de Jacques Auxiette, a voté un montant total de crédits de 89 M€, dont une enveloppe de plus de 35 M€ pour le secteur de la recherche : l’occasion de revenir, dans un contexte en forte évolution, marqué par une compétition nationale exacerbée (notamment en réponse au programme « investissements d’avenir »), sur la mobilisation de la Région, aux côtés de la communauté académique des Pays de la Loire, afin de participer aux perspectives de développement économique et social du territoire ligérien.

Avec l’ambition de faire des Pays de la Loire une Région de la Connaissance, l’engagement du Conseil Régional pour la recherche et l’enseignement supérieur a plus que doublé depuis 2004 pour atteindre plus de 70 M€ en 2011 (parmi les plus forts engagements des Régions françaises pour les investissements).

« L’objectif de la Région de doubler à nouveau en 4 ans, sur la période 2010-2014, le budget Recherche et innovation et de construire de vrais domaines d’excellence à fort rayonnement national et international, doit répondre aux enjeux de compétitivité, d’attractivité et de développement du territoire explique Maï Haeffelin, vice présidente de la Région, en charge de l’enseignement supérieur et la recherche.

Dans ce sens, la Région s’est engagée depuis 2006 dans une politique volontariste et sans précédent de soutien à la recherche en Pays de la Loire, dont la stratégie est encadrée par le Schéma Régional de la Recherche 2007-2013. La recherche est désormais identifiée comme un facteur important de compétitivité et un levier indispensable du développement territorial.

Un effort régional d’investissement sans précédent

L’effort d’investissement de la Région des Pays de la Loire dans ce domaine est sans précédent avec un budget en hausse de 19 M€ en 2004 à 55 M€ en 2011. Le Budget consolidé consacré à la recherche et à l’innovation a, quant à lui, augmenté de 30 M€ en 2004 à 104 M€ en 2011. C’est dire le volontarisme de la Région qui se positionne aujourd’hui comme un acteur public incontournable dans ces domaines. L’intervention régionale permet à la fois de faire progresser les connaissances en recherche fondamentale, d’accélérer leur transfert vers les entreprises et dans les territoires et de permettre la mise en œuvre de l’innovation dans les temps courts exigés par les marchés pour tirer le meilleur parti de la création d’un avantage concurrentiel décisif.

En matière de recherche fondamentale, l’appel à projets de recherche régional constitue l’outil incontournable de notre politique. Il permet de financer des programmes de recherche ambitieux, de rayonnement européen ou international, fédérant les acteurs régionaux, voire interrégionaux. Il contribue également à la création en Pays de la Loire de nouveaux réseaux de collaboration entre laboratoires de recherche et à l’émergence de nouvelles fédérations d’acteurs. A cet égard, l’appel à projets de recherche permet aux laboratoires d’explorer des sujets scientifiques nouveaux qui constitueront pour certains les innovations de demain.

40 projets ont été déposés dans le cadre de l’appel à projet 2011 : 22 projets ont reçu un avis favorable du jury de sélection et 20 de ces projets sont présentées dans cette commission permanente pour un montant total de subventions de 9,5Md’€ €. Par exemple, le projet BACULO-AAV qui concerne la mise en place d’une nouvelle technologie pour la production de vecteurs de thérapie génique. BACULO-AAV est l’une des briques d’un projet plus global qui est lauréat du volet « démonstrateur pré-industriel en biotechnologie » du programme des investissements d’avenir.

Par ailleurs, la Région porte l’effort sur les capacités d’accueil des équipes de recherche. Il s’agit d’un enjeu fort dans un contexte national de vive concurrence entre les territoires qui verra la réalisation, ailleurs en France, d’importants investissements structurants en santé dans le cadre de l’opération Campus. Malgré l’inauguration en 2010 de l’Institut de recherche thérapeutique (IRT 1), les acteurs nantais de la recherche en santé rencontrent d’importantes difficultés immobilières. De fait, la dynamique de développement des sciences de la vie à Nantes, forte depuis près de 20 ans, risque d’être interrompue, les capacités d’accueil de nouveaux chercheurs comme de développement des équipes actuelles étant aujourd’hui fortement limitées. Il convient donc d’anticiper sur l’avenir de la recherche avec le projet d’Institut de recherche thérapeutique 2 (IRT 2). Ce-dernier s’inscrit en cohérence avec le projet de relocalisation du CHU et l’objectif de créer un pôle santé-biotechnologies majeur sur l’Ile de Nantes, en lien avec l’IRT 1 et les sites de l’Université en centre-ville. Près de 20Md’€ sont ainsi affectés à la construction du bâtiment IRT 2.

« La Région fait ainsi le pari du développement des connaissances et des compétences scientifiques au service d’une dynamique d’ouverture, d’innovation et de créativité. Cette ambition doit trouver son expression dans l’articulation la plus étroite possible avec les politiques régionales en matière de développement économique, de l’éducation et de la culture » conclut Maï Haeffelin.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 67 = 70