Education

Comment les étudiants étrangers affrontent la pandémie de la covid-19 à Angers.

Publié

le

Comment les étudiants étrangers affrontent la pandémie de la covid-19 à Angers.

Depuis le début de l’année 2020, la pandémie du covid-19 a frappé le monde de plein fouet et a notamment affecté le cursus et les projets de dizaines de milliers d’étudiants suivant ou souhaitant suivre un parcours à l’international. En France, et plus particulièrement à Angers, la rentrée de septembre n’a pas été sans encombre pour les étudiants étrangers.

Des formalités administratives alourdies

La plupart des étudiants internationaux se sont vus confrontés à un véritable parcours du combattant afin d’arriver en France pour y suivre leurs études. L’obtention du visa est bien plus compliquée, à tel point que, dans l’université d’Angers, certains étudiants étrangers inscrits – sur les 800 attendus en septembre – ne sont pas encore présents car ils n’ont pas réussi à obtenir un visa.

Par ailleurs, dans un contexte sanitaire aussi particulier, les étudiants doivent également penser à leur protection santé et se renseigner pour la mutuelle la plus avantageuse. Les conditions d’études étant plus incertaines, cela complique grandement le choix d’une mutuelle, notamment concernant la résiliation du contrat en cas de retour forcé dans leur patrie d’origine.

La loi infra-annuelle, mise en application dès le 1er décembre 2020, devra cependant faciliter grandement la résiliation des contrats d’assurance santé puisque, comme l’explique le site spécialisé LeLynx, elle permet à tout assuré engagé depuis plus d’un an de résilier sa mutuelle santé sans justification ni frais.

L’université s’adapte

L’université d’Angers doit s’adapter à l’absence des étudiants étrangers et suivre leur situation personnelle au quotidien afin de préparer au mieux leur arrivée et le réajustement de leurs cours. Le secrétariat de l’université est également en charge de contacter les administrations des pays d’origine des étudiants encore en attente de visa, afin de les aider à obtenir leur laissez-passer. Début octobre, près de 300 étudiants internationaux étaient encore attendus à l’université, en provenance des quatre coins du monde.

Une intégration compliquée

Les étudiants qui n’ont obtenu leur visa que tardivement voient leur intégration compliquée, puisqu’ils ont raté les actions d’accueil organisées par l’université. Les Angevins ne comptent cependant pas les laisser se débrouiller seuls et ont donc mis en place un système de parrainage. Des étudiants français deviennent ainsi les guides d’étudiants étrangers. Ils les accompagnent dès leur arrivée dans la ville, les aident à s’installer dans leur logement, à gérer les formalités administratives nécessaires, à s’orienter dans la ville et l’université, mais également à s’intégrer auprès des locaux et à engager plus facilement leur vie sociale. Cette aide est précieuse, plus encore pour des jeunes étrangers qui ne maîtrisent pas nécessairement bien la langue et qui doivent néanmoins remplir des formulaires complexes en français.

Les étudiants français également impactés

Si les étudiants étrangers ont affronté un parcours du combattant pour arriver en France, l’inverse est également vrai. De très nombreux étudiants français ne savent toujours pas s’ils pourront mener leurs études à l’étranger comme ils l’avaient planifié quelques mois plus tôt. Les études hors zone européenne sont encore plus difficiles à mener à bien, et de nombreux étudiants ont dû abandonner leur projet.

Publi-information

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

+ 71 = 79