Angers

Corrélation aux Beaux-Arts d’Angers ou la réunion de trois talents locaux

Publié

le

Kate In – Collection de l’artiste, photo musées d’Angers / P. David

Alors que le maire d’Angers avait déjà mis en avant quelques talents sportifs et musicaux Angevins, aujourd’hui, Monique Ramognino, adjointe à la Culture, nous fait découvrir au Musée des Beaux-Arts d’Angers, 3 talents artistiques angevins, Vincent Mauger, Roman Moriceau et Raphaël Zarka. Tous ont le point commun d’être passés par l’École des Beaux-Arts d’Angers soit en tant qu’enseignant ou élèves et appartiennent à la même génération. Un extrait de leurs travaux est à découvrir lors de l’exposition « corrélation » du 25/10 au 17/03/2013.

Raphaël Zarka, a enseigné encore récemment à l’École des beaux-arts d’Angers, sculpteur, photographe, vidéaste, il démontre son intérêt pour la géométrie, l’observation et l’inventaire d’un corpus de formes et d’images le conduisent dans sa pratique à des sculptures très élaborées et sophistiquées. À Angers, il concentre son intérêt pour Archimède, le rhombicuboctaèdre et Abraham Sharp. Pour une commande de la Ville d’Angers, il dévoile lors de cette exposition une oeuvre Second cénotaphe d’Archimède, sculpture en briques et médium teinté, rappelant sur un des pylônes la vis sans fin qu’Archimède aurait inventée.

Vincent Mauger, sculpteur également, s’interesse à la connaissance et aux capacités physiques des matériaux, à leurs relations à l’espace et à l’architecture dont il appréhende les limites. Il crée pour l’exposition deux nouvelles formes « endless » extrêmement sophistiquées qui troublent la vision de l’espace dont une oeuvre imposante sans titre qui ressemble à un hachoir géant ou une vis sans fin, chacun y trouvera son imagination dans cette oeuvre qui superpose tige inox et contreplaqué.

Véritable coup de coeur à découvrir, Roman Moriceau, angevin de souche, avait délaissé dernièrement l’art pour la mode, il est passé par l’École des Beaux-Arts d’Angers pour « trouver le meilleur moyen d »exprimer [sa] pensée et non pour apprendre une technique » rappelait de lui Christine Besson, Commissaire de l’exposition et conservateur en chef, un véritable touche-à-tout, il se retrouve très vite à mélanger les genres et à réaliser des « choses hybrides ». on aime ce côté décalé « qui interpelle » comme il l’indique lui-même, il présente différentes oeuvres sur cette exposition, comme cette oeuvre qui représente le logo de Chanel imprimé avec des défections de mouches ou cette oeuvre représentant Kate In … représentant l’égérie de la mode avec des lignes composées de marques publicitaires.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 89 = 92