Manche

COVID-19. Ce que l’on sait sur le variant Omicron et sa propagation actuelle.

Publié

le

Image d’illustration COVID-19. Ce que l’on sait sur le variant Omicron

Alors que plusieurs pays ont fermé leurs frontières aux personnes venant d’Afrique du Sud face à la montée du variant Omicron, un cas a déjà été identifié en Belgique, deux au Royaume-Uni et d’autres sont suspectés en Europe.

Il est désormais dans tous les esprits : le variant Omicron. Un nouveau variant dont le nom scientifique est « B.1.1.529″ et que l’Organisation mondiale de la santé a choisi, vendredi, de baptiser “Omicron”.

Plus contagieux encore que le variant Delta, ce nouveau variant du coronavirus a été détecté en Afrique australe, principalement en Afrique du Sud jeudi 24 novembre. Depuis, par crainte de sa propagation, de nombreux pays ont fermé leurs frontières aux personnes en provenance d’Afrique du Sud.

Et en France ?

Faut-il craindre une propagation sur le continent européen, à l’instar du variant Delta ? « Omicron » représente un risque « élevé à très élevé » pour l’Europe, a prévenu vendredi soir l’agence de santé de l’UE. Pour l’heure si l’est clair pour les spécialistes que des cas pourraient surgir en France, « le sujet est préoccupant, mais il sert à rien de s’inquiéter pour le moment », tempère un virologue.

Néanmoins, la France adapte son protocole sanitaire. Avant même les premiers cas, le ministère de la santé a décidé que toute personne « contact » d’une autre, testée positive au variant Omicron, doit être considérée comme « contact à risque élevé » et devra être isolée même si elle est vaccinée.

Plusieurs cas suspects en Allemagne et aux Pays-Bas

Le variant Omicron a été détecté dans plusieurs pays d’Europe : Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, République tchèque

La Belgique a confirmé ce vendredi, via le ministre de la santé belge, un cas venant de l’étranger, testé positivement le 22 novembre. Il s’agit d’une personne non vaccinée. Le ministère de la santé britannique a également confirmé que deux cas avaient été détectés au Royaume-Uni. Le pays a par la suite annoncé le durcissement des mesures d’entrée dans le pays : un test PCR et un isolement jusqu’aux résultats y sont désormais obligatoire. L’Italie a confirmé la présence d’un cas dans la soirée de ce samedi.

Les Pays-Bas ont annoncé samedi que 61 passagers arrivant d’Afrique du Sud, où ce variant de la Covid-19 se répand, ont été testés positifs au coronavirus à leur arrivée à Amsterdam vendredi 26 novembre. Des analyses sont en cours pour savoir si ces infections sont ou non liées au variant. Comme d’autres, les Pays-Bas ont interdit les vols en provenance du Botswana, Swaziland, Lesotho, Namibie, Zimbabwe, et d’Afrique du Sud.

L’Allemagne tire également la sonnette d’alarme samedi. « Le variant Omicron est, selon toute vraisemblance, déjà présent en Allemagne », a annoncé sur Twitter le ministre régional des Affaires sociales, Kai Klose, expliquant que deux premiers cas du nouveau variant Omicron avaient été détecté chez des personnes récemment rentrées d’Afrique du Sud. Des tests réalisés vendredi soir sur ce passager arrivé à l’aéroport de Francfort en provenance d’Afrique du Sud ont révélés « plusieurs mutations typiques d’Omicron », a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni durcit les règles d’entrée sur son territoire. Toute personne entrant dans le pays devra réaliser un test PCR deux jours après son arrivée et s’isoler « jusqu’à ce qu’elle ait le résultat », a annoncé le premier ministre Boris Johnson samedi.

Israël annonce ce matin interdire l’entrée des ressortissants étrangers sur son territoire

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 2 =