Vendée Globe. L’angevin Fabrice Amedeo de retour dans l’hémisphère nord

DR – Vendée Globe. L’angevin Fabrice Amedeo de retour dans l’hémisphère nord

Il avait basculé dans l’hémisphère sud le 18 novembre 2016. Ce matin, à 9h22 (heure française), l’Angevin Fabrice Amedeo a bouclé une première boucle en franchissant l’équateur dans le sens du retour, après 87 jours 20 heures et 20 minutes de course en solitaire. Un moment fort pour le bizuth du Vendée Globe qui l’apprécie à sa juste valeur et sait qu’il lui reste encore près de deux semaines de mer avant de retrouver Les Sables d’Olonne. D’ici là, le skipper de Newrest-Matmut espère se sortir du Pot au Noir dans les prochaines heures et entend tout faire pour réduire l’écart avec son comparse Arnaud Boissières.

A chaque portion du parcours du tour du monde un cap important et forcément, le retour dans l’hémisphère nord en est un qui marque un marin qui vient de passer de longues semaines entre Atlantique sud, Indien et Pacifique. Ce jeudi, Fabrice Amedeo est un homme heureux de revenir la tête à l’endroit : « J’ai franchi l’équateur ce matin à 9h22, annonçait-il d’une voix mêlant fierté et émotion. C’est un moment vraiment sympa parce que ça faisait deux mois que j’étais dans l’hémisphère sud et le fait de repasser cette ligne permet de se dire que ça y est, j’ai fait le tour du monde et je rentre à la maison ». Mais loin de négliger le chemin qu’il lui reste à parcourir avant d’embouquer le chenal des Sables d’Olonne, le skipper de Newrest-Matmut reste focalisé sur la marche du bateau et sur les pièges météorologiques qui jalonnent la route, à commencer par une zone de convergence intertropicale qui, pour le moment, a l’air disposée à lui épargner le redoutable coup de frein : « Je suis dans le Pot au Noir depuis cette nuit et j’espère en sortir entre ce soir et la nuit prochaine. C’est encore difficile de savoir ce que ça va donner. On est plus dans l’ouest que par rapport à l’aller et il est donc plus étroit et moins actif. Paradoxalement, même si je suis dans l’hémisphère nord, je suis encore sous le régime des alizés d’hémisphère sud. J’aurai vraiment l’impression d’être au nord quand je toucherai de nouveau un flux d’est-nord est ».

« Réduire l’écart sur Arnaud »

Côté course, la belle bagarre à laquelle Fabrice Amedeo se livrait avec Arnaud Boissières depuis plusieurs semaines a changé de physionomie ces derniers jours. Le marin basé en Vendée a en effet pris la poudre d’escampette et dispose désormais d’un matelas d’une petite cinquantaine de milles. Distancé mais pas battu, le skipper de Newrest-Matmut entend bien revenir sur son compagnon de route : « Je suis très concentré pour réduire l’écart sur Arnaud et arriver pas très longtemps après lui. J’avoue que je suis un peu frustré de concéder cette distance après le beau mano a mano auquel on s’est livré ». Il reste un peu plus de 3 000 milles pour y arriver et deux semaines de solitude pour le bizuth qui redoute un manque de nourriture à bord. Mais qu’on se rassure, rien qui ne soit de nature à l’empêcher d’aller au bout de son histoire !

(Visited 131 times, 1 visits today)

Publié le 02/02/2017

Vous pouvez partager
Retrouvez toute l'actu d'Angers et sa région nos contenus et toutes nos photos et reportages sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter La nouvelle application mobile Angers Info est en ligne sur Google Play Store et dorénavant sur toutes les plateformes windows.
Catégories:
Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti robot *