Angers

Flexa, retour sur son clip « Angers centre » [Video]

Publié

le

Rappeur averti et rider à ses heures perdues, Flexa, 25 ans, n’est décidément pas un Angevin comme tous les autres. Adepte de l’écriture, il est parvenu à faire le buzz avec son tube, Angers centre( plus de 7000 vues sur youtube) . Retour sur un morceau accrocheur et rencontre avec un artiste qui possède un flow qui glisse aussi bien que son skate board.

Depuis quand rappes-tu ?

J’ai commencé au collège avec des potes à l’âge de 16 ans, après j’ai eu une grosse rupture pendant a peu près 5 ans, je reprends tout doucement depuis 2012. On a donc créé un petit groupe à quatre et on a fait deux trois concerts, ça a pris pas mal d’ampleur, on s’appelait NSA (Neurotrop Substance d’Angers). On a joué à la Hip Opsession en 2006, on avait fait la première partie de Big Red (chanteur de Raggasonic) et de The Procussions.

Quelles sont tes influences ?

Avec mes potes, lorsque j’étais plus jeune, on écoutait la Fonky Family, I am. Je ne pense pas être influencé par d’autres musiques, je suis très éclectique et je peux passer du love métal comme HIM a de la variété Française comme Gérald De Palmas.

Comment as-tu rencontré les personnes avec qui tu collabores ?

A l’heure d’aujourd’hui c’est le bouche à oreille, mon Facebook et ma chaîne Youtube qui m’ont permis de partager ma musique, que les gens ont eux mêmes partagé.

Pourquoi avoir choisi le pseudonyme « Flexa » ?

Franchement je ne sais pas c’est venu comme ça, il fallait qu’on trouve un blaze à l’époque et je trouvais que ça sonnait bien, cela n’a pas vraiment de signification.

Booba est devenu une référence dans le rap Français,qu’en penses-tu ?

Je trouve ça ridicule. Ils font tout pour faire de la vente jusqu’à en oublier les valeurs du rap. Mais je pense que même encore aujourd’hui Booba fait passer un message. Ses textes sont pleins de métaphores et si on l’écoute bien, on peut réussir à percevoir certains messages. Il peut faire passer un message même si son but reste irrémédiablement de faire de l’argent. Ceci étant, dans son dernier album, je trouve que le vocoder vient casser le mythe du Hip-hop.

Le rap est un mouvement qui est à la base contestataire, penses-tu qu’il faille obligatoirement que ce dernier transmette un message ?

Oui, je pense que le Rap doit véhiculer un message.

Qui a filmé et monté le clip de ton morceau Angers centre ?

C’est un ami et moi-même qui avons filmés et c’est moi qui ait tranquillement effectué le montage.

Comment s’est passé le montage ?

Le tournage s’est très bien passé en règle générale. A part un contrôle d’identité par la municipale, ils voulaient voir le contenu de la carte du caméscope (j’ai bien sur refusé ).

Le clip s’est vraiment fait sur un coup de tête. Un jour, je me suis levé, j’ai appelé un pote, on ne savait pas vraiment quoi faire, ma caméra était chargée et je me suis dit « pourquoi pas faire un montage sur le dernier morceau que j’avais réalisé .. . » On est parti de rien, vraiment tout c’est fait sur le moment. On a demandé l’autorisation a pas mal de personnes qui figuraient sur le clip, a fin de pouvoir les filmer… (exemple : les jeunes places du pilori, les deux hommes sur la fontaine etc… )

Pour le montage du clip c’était mon premier donc je l’ai fais avec les moyens du bord (rires).

Quelle importance accordes-tu a la ville d’Angers? Tu as l’air d’y être attaché, ce qui est intéressant étant donné que la plupart du temps, les rappeurs s’inspirent de leurs quartiers mais peuvent éprouver une certaine haine envers ces derniers…

Je ne peux pas vraiment dire que j’accorde de l’importance a ma ville. C’est seulement que c’est de sa propre ville dont on parle le plus souvent lorsque l’on veut représenter un sport, un endroit, un groupe travail/étudiant ou même de la musique.

C’est le côté chaleureux d’Angers, surtout l’été, qui fait que je suis attachée à cette ville. Les gens sont cool en règle générale. Et puis, il y a ces fameuses soirées étudiantes qui permettent de faire des rencontres, de vadrouiller entre potes, et c’est souvent là que l’on fait nos « 400 coups ». Comme je le dis dans le morceau, « le centre ville c’est pas des boutiques, des vitrines… c’est un monde, les riches, les pauvres, les bosseurs, les zonards… voila pourquoi je l’aime, c’est un tout avec son bon quart d’heure angevin.

En ce qui concerne, les dires d’autres rappeurs qui eux seraient plus du genre a dénigrer leurs villes ou quartiers, je dirais que je ne m’arrête pas a ça. L’important est d’écouter le message qui veulent faire passer. Moi même, avec Angers centre, j’aurais pu parler de ces drames le soir, ces coins sombres, ces squattes, où il vaut mieux éviter de passer seul… Ou bien même des SDF qui tout les jours arpentent nos ruelles pour survivre.

Mais qui sait… peut être Angers centre 2 !!!

As-tu eu des retours concernant ce clip?

Ah ouais! J’ai eu un beaucoup de retours après ce clip, ce qui m’a d’ailleurs agréablement surpris! A la fois de l’ampleur qu’a pu prendre le clip, en très peu de temps, et de l’ensemble des messages de soutiens qui sont arrivés par la suite! Encore aujourd’hui d’ailleurs… mais aucun retour du maire! (rires).

Qui est à l’origine de l’instrumentale ?

L’instrumentale est signée « 123InDaPlaceToBe », un beatmaker que j’ai cheker sur youtube directement.

Quels sont tes projets pour la suite ?

J’aime écrire, c’est une véritable passion, j’aime me dévoiler à ma feuille, c’est comme une cigarette après l’amour, le travail ou un verre de whisky. Après, ce que j’aime le plus aussi c’est de la partager, si les gens aiment et qu’ils partagent ma musique, tant mieux. Si des portes s’ouvrent, je serais ravi d’aller plus loin par la suite. Si un jour, il y un projet sérieux qui se présente, je pense saisir ma chance.

As-tu envie d’intégrer un label ?

Je ne suis pas trop dans cette optique là pour le moment. Il est fréquent de prendre la grosse tête dans ce milieu et ce n’est pas du tout ce que je veux. Si je vois qu’il y a moyen de faire quelque chose de sérieux, si j’ai une réelle opportunité qui s’ouvre à moi, là je me lancerais vraiment. Je m’arrête à la ville d’Angers parce que je n’ai pas d’autres portes qui s’ouvrent à moi, c’est pour cela que pour l’instant, je préfère me limiter à mon petit réseau et au bouche à oreille.

Avec Mona Gautier

Le clip de Flexa « Angers Centre « 
[youtube JDK_bRWZ6ws]

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
1 Commentaire

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 8 =