Agriculture

La FDSEA de Maine-et-Loire en action dans un supermarché « pour faire respecter les prix des produits laitier »

Publié

le

Le directeur d’Auchan Avrillé fait retirer une palette de lait pour « prix non conforme ». Crédit : Jimmy Joubert / Angers Info

Les producteurs laitiers ont procédé a une action pacifique dans le supermarché d’Auchan Avrillé, ce jeudi 1er avril. Une action pour faire « respecter les prix des produits laitiers »

« On ne travaille pas pour rien et l’objectif c’est de faire réagir » s’explique Frédéric Vincent, responsable laitier au sein de la FDSEA du Maine-et-Loire. Ce jeudi matin, ce n’était pas une blague auquel était confronté le directeur du supermarché d’Auchan Avrillé : « si les prix des produits laitiers sont inférieurs à ce que la loi Egalim précise, on vous donne deux solutions. Soit vous retirez les produits et vous les remettez en rayon au prix légal, soit vous les donnez à la Banque alimentaire » propose, dans le calme, Frédéric Vincent.

Pouvoir payer les producteurs

Accompagnés d’un document de la Fédération Nationale des Producteurs de Lait, six producteurs du Maine-et-Loire ont vérifié, chaque produits laitiers. « Un litre de lait doit être vendu au minimum 0,74 €. Le yaourt est à 1,34 € le kilo, 6,23 € le kilo d’emmental râpé et 5,8 € le kilo de fromage » précisent les producteurs laitiers qui ont fait retirer chaque produits dont les prix étaient inférieur à ceux précisés par les producteurs. « C’est important pour nous. Pour un litre de lait, les producteurs récupèrent 0,388 €, les transformateurs obtiennent 0,250 €, les distributeurs ont 0,063 € et l’Etat 0,0385 €. Si le prix d’un litre de lait est inférieur à 0,74 €, ce sera sur le producteur que la baisse va se ressentir » explique Frédéric Vincent qui déclare au directeur de l’enseigne « les choses bougeront à la petite échelle, grâce à vous ».

Au cours de cette action, le directeur du Auchan d’Avrillé a accepté de faire retirer des palettes de brique de lait, mais aussi de retirer les yaourts, emmentals râpés et fromages considérés comme « non conforme ». « Pour le lait, je vais les conservés en réserve et faire remonter ces prix à la centrale indique le directeur du magasin. Pour les autre produits, ils sont à courte date, je préfère qu’on les donne à la Banque Alimentaire ».

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

26 − = 19