Technologie

France: Enquête après des actes de « malveillance » contre le réseau internet

Publié

le

PARIS (Reuters) – Le réseau internet fixe et mobile en France a été perturbé mercredi à la suite de coupures de câbles dans plusieurs régions, des « actes de malveillance » sans précédant, selon les opérateurs télécoms nationaux, et qui font l’objet d’investigations confiées à la DGSI et la DCPJ, a indiqué une source judiciaire.

Bouygues Telecom, Orange, SFR, Free et la Fédération française des télécoms ont dit condamner « fermement ces actes de malveillance » ayant perturbé les services de plusieurs régions, dont l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand-Est et l’Ile-de-France.

Les ruptures de liaisons de fibre optique constatées dans la nuit de mardi à mercredi sont « dues à des actes de malveillance coordonnés et d’une ampleur sans précédent sur le réseau national », ont-ils dit dans un communiqué diffusé par la FFTélécoms.

Si les connexions ont été rétablies dans les zones touchées, ont-ils indiqué, des travaux de réparation sur les câbles se poursuivaient toujours dans l’après-midi.

Les investigations ont été confiées à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), a-t-on appris mercredi auprès du parquet de Paris.

« La section cyber du parquet de Paris a ouvert une enquête ce jour des chefs de détérioration de bien de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation », a déclaré une source judiciaire, ajoutant que « l’enquête porte également sur une entrave à un système de traitement automatisé de données et association de malfaiteurs. »

Plus tôt dans la journée, le secrétaire d’Etat en charge du numérique, Cedric O, a écrit sur Twitter que des « coupures de câbles ont été confirmées en Île-de-France impactant le réseau fixe et mobile », confirmant des informations de presse.

Il n’a pas fait état de vandalisme ou de sabotage. Un porte-parole de son cabinet a refusé de faire d’autres commentaires.

Un porte-parole de SFR, l’opérateur de télécommunications français d’Altice, a confirmé que le groupe avait été la cible d’actes de vandalisme qui ont affecté le réseau de fibre optique à haut débit de l’entreprise, mercredi après 3h00 du matin heure locale (0100 GMT).

Les attaques ont touché les câbles longue distance reliant Paris aux villes de Strasbourg et de Lyon, a précisé le porte-parole.

Ces câbles longue distance relient les grands hubs au réseau haut débit et à l’internet, affectant potentiellement les clients directs ainsi que les opérateurs qui louent le réseau de SFR, comme Free, qui a également pointé du doigt le vandalisme dans un tweet.

SFR n’a pas donné plus de détails sur l’emplacement des câbles souterrains endommagés et n’a pas indiqué quand le service complet reprendrait. La société n’a pas précisé le nombre de villes et de clients potentiellement affectés.

Selon une source industrielle, une autre connexion longue distance en fibre optique, reliant Paris à la ville de Lille, a également été endommagée.

Plusieurs médias français avaient fait état d’importantes coupures d’Internet dans des grandes villes comme Paris, Lyon, Bordeaux, Reims et Grenoble, citant les déclarations de responsables locaux confirmant que des actes de vandalisme ou de sabotage étaient suspectés.

(Reportage Tassilo Hummel et Mathieu Rosemain, version française Matthieu Protard et Augustin Turpin, édité par Jean Terzian et Nicolas Delame)

tagreuters.com2022binary_LYNXNPEI3Q0IU-BASEIMAGE