Angers

Du Festival d’Angers au Festival d’Anjou. 67 ans de théâtre

Publié

le

Albert Camus et Jean Morin, préfet de Maine-et-Loire, château d’Angers, 1953. Archives départementales de Maine-et-Loire.

Albert Camus et Jean Morin, préfet de Maine-et-Loire, château d’Angers, 1953.
Archives départementales de Maine-et-Loire.

Au mois de juin 2016, le Festival d’Anjou installe ses tréteaux pour la 67ème année depuis sa création, et la Maison du Festival investit pour six semaines le Grand Théâtre d’Angers. À cette occasion, l’EPCC Anjou-Théâtre, en association avec la ville d’Angers et les Archives départementales de Maine-et-Loire, ont souhaité présenter au public une exposition rétrospective de ces 67 années d’aventure théâtrale.

L’histoire commence en 1950. Un préfet, Jean Morin, soucieux de redonner à l’Anjou, aux lendemains de la guerre son éclat touristique, lance l’idée d’organiser une soirée théâtrale dans un décor prestigieux. Le 9 juin Roméo et Juliette, de Shakespeare, est magnifiquement interprété devant le château de Brissac par la troupe des Compagnons du Masque au genêt, dirigée par René Rabault.

L’année suivante, le principe d’un festival d’art dramatique annuel, le Festival d’Angers, est posé. Il accède rapidement à la notoriété, grâce à des participations prestigieuses, comme celle d’Albert Camus.

Succès, difficultés, le Festival d’Angers devenu Festival d’Anjou en 1975 en a vu de toutes les couleurs. Mais en ce 67ème anniversaire, il est plus vivant que jamais, et se pose comme le second festival de théâtre de France par son ancienneté et sa fréquentation.

L’exposition sera visible au Grand Théâtre d’Angers (Place du Ralliement) du samedi 14 mai au jeudi 30 juin 2016, du mardi au samedi de 12h à 18h30 et les dimanches et jours fériés de 14h à 18h.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 2 = 9