Environnement

En Maine et Loire, dix entreprises ont participé au défi mobilité 2021 : 4715 kg de CO2 économisés

Publié

le

Emilie Anonier (à droite) a présenté comment son entreprise ATOS a participé à ce Défi Mobilité 2021, sous les yeux de Delphine Radice (à gauche) responsable du développement commercial chez Irigo.

L’Association Ligérienne d’Information et de Sensibilisation à l’Énergie et l’Environnement (Alisée) organisait cette année, la troisième édition du Défi Mobilité. Pour cette édition 2021, dix établissements ont participé et les résultats sont encourageants.

Il y avait du beau monde ce vendredi matin à la coopérative de la French Tech ce vendredi matin. Tous les acteurs de la mobilité d’Angers étaient présents, allant de la SNCF à Irigo. La raison de rassemblement était tout simplement le bilan de la semaine du défi de la mobilité en Maine et Loire. Les participants de cette édition étaient des entreprises ou des écoles qui se mettait au défi, tout au long de la semaine du 31 mai au 6 juin, de venir et repartir du travail via des moyens de transports alternatifs à la voiture. En effet, Félix Legendre, directeur marketing d’Irigo, a annoncé que 7 Français sur 10 vont au travail en voiture et que celle-ci coûte environ 5000 euros par an aux familles françaises. Une situation qu’Angers veut changer.

Les objectifs de cette opération étaient multiples. Pour Angers Loire Métropoles, cette semaine leur a permis de savoir quelles améliorations sont encore à faire de leur côté pour élargir les possibilités de mobilités alternatives à la voiture dans le cadre de la transition écologique. Corinne Bouchoux, vice-présidente d’Angers Loire Métropole, a d’ailleurs affirmé que la situation actuelle devait changer. « À Angers, un actif sur quatre a déjà refusé une proposition d’emploi en raison de problèmes de mobilité. Cela montre l’importance et l’enjeu de cette question de mobilité. Nous ne pouvons plus continuer ». Le deuxième objectif de cette édition était de sensibiliser les entreprises et les salariés aux modes de transports alternatifs. Enfin, le troisième objectif était de valoriser les entreprises qui ont mis en place des mesures pour une mobilité plus durable.

Un bilan encourageant

Pour cette troisième édition, près de 346 établissements ont participés à ce défi en Pays de Loire. À Angers, on compte 10 établissements participants, soit le double de l’édition précédente. Les chiffres sont encourageants puisqu’on compte 287 participants qui ont permis d’économiser 4715 kg de CO2. Une bonne nouvelle pour notre planète bleue. Dans le bilan, on remarque qu’au sein des moyens de transports alternatifs utilisés, le vélo a été principalement utilisé par les participants, largement devant la marche qui est le deuxième moyen. La situation sanitaire vient impacter les chiffres puisqu’on retrouve le télétravail qui a été utilisé à 30% au lieu de la voiture.

Au cours de ce rassemblement, chaque établissement a présenté la façon dont il a participé au défi et les groupes qui ont eu les meilleurs résultats se sont vu être récompensés. Les organisateurs espèrent que les participants au défi continueront d’augmenter l’année prochaine pour le bien de la ville d’Angers, et de notre écologie.

Timothé Mauget

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

59 − 58 =