Industrie

Manche : l’Australie contrainte de verser 555 millions d’euros à Naval Group

Publié

le

Photo : Vincent Groizeleau © MER ET MARINE

Suite à la rupture du « contrat du siècle » des sous-marins français signé à Cherbourg avec l’Australie, un accord de compensation a été dévoilé ce samedi 11 juin.

En septembre 2021, l’Australie a rompu le contrat qu’elle avait passé pour 12 sous-marins français. 555 millions d’euros, c’est le montant que l’Australie versera au fabricant de sous-marins français, Naval Group selon l’accord de compensation qui vient d’être annoncé.

En effet il y a bientôt un an, l’Australie a rompu un contrat de 56 milliards d’euros pour 12 sous-marins français qu’elle confiera plus tard à l’Angleterre et aux Etats-Unis. Cette décision avait entaché les relations diplomatiques entre les deux pays, lorsque Jean-Yves le Drian, ministre des Affaires étrangères, parlait de « coup dans le dos » de la part de l’Australie.

Selon FranceInfo, Hervé Guilloux, le PDG de Naval Group affirmait en septembre 2018 : « Pour Cherbourg on estime le besoin à peu près de 2 à 300 personnes par an dans les prochaines années pour absorber la montée en puissance du Barracuda et du programme australien ». L’accord initial, signé en 2016 assurait des années de travail aux salariés et un recrutement important pour Naval Group. Cela représente un choc également pour les collectivités normandes qui s’était préparées à recevoir des familles de salariés, avec la mise en place d’écoles bilingues pour élèves expatriés. Le dédommagement n’était donc pas de refus de la part de la Manche.