Manche

Les pêcheries de la côte Ouest de la Manche à l’agonie

Publié

le

Photo : tourisme-coutances.fr – La pêcherie, technique de pêche préhistorique bat de l’aile.

Dans « une situation désastreuse », des défenseurs de la pêcherie appellent à en permettre l’exploitation.

Jean-Michel Lefournier,  Président de l’Association de défense du patrimoine d’Agon-Coutainville compte sur une intervention des députés pour défendre un projet de loi en faveur de l’exploitation de ces pêcheries qui, selon lui, « ne survivront qu’avec la désignation d’un exploitant inscrit maritime qui puisse tirer parti de la pêcherie dans des conditions économiques rentables, lui permettant au minimum d’entretenir un patrimoine autrement voué à la disparition ».

Une pêcherie type, en bois ou en pierre et datant pour la plupart de la préhistoire, fait environ 200 mètres de côté et 2 mètres de haut. Submergée à marée haute, elles servent de nasse qui piègent le poisson à marée basse. Sur le littoral du département de la Manche, la plus ancienne est située à Saint-Jean-le-Thomas, en baie du Mont-Saint-Michel. Selon les archives du journal l’Actu, cinq pêcheries étaient encore exploitées sur la côte ouest de la Manche en 2015 puisque cette technique est aujourd’hui tolérée dans de rares exceptions. Mais elle souffre aussi aujourd’hui d’un manque de rentabilité et d’un coût d’entretien important, qui laisse peu d’espoirs aux exploitants.

Certains ethnologues pensent que la demande de classement au patrimoine mondial de l’Unesco de ce savoir-faire pourrait être une solution. Cette possible démarche avait obtenu le soutien du sénateur Philippe Bas, qui avait écrit à Roselyne Bachelot, ministre de la Culture de l’époque.

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

39 − = 38