Social

Hôpital : Comme à Angers, pourquoi les sages-femmes font-elles grève ce week-end ?

Publié

le

22 Sages-femmes étaient réunis devant la maternité du CHU d’Angers par FO et la CGT le vendredi 24 septembre 2021 dans le cadre d’un préavis de grève nationale.

À l’appel de plusieurs organisations de sages-femmes, des soignantes se mobilisent pour plus de reconnaissance. Une nouvelle journée de mobilisation est prévue le 7 octobre. A Angers, la mobilisation a démarré dès ce vendredi au CHU à l’appel de Force Ouvrière.

Beaucoup de colère et une grève « très, très suivie« , selon la responsable de l’ONSSF, l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes. Plusieurs organisations de sages-femmes ont appelé à un mouvement de grève national, prévu sur trois jours, du vendredi 24 au dimanche 26 septembre. En cause : le manque de reconnaissance de leur profession et la volonté d‘ »une réflexion sur le métier de sage-femme dans sa globalité ».

Caroline Combot, secrétaire générale de l’ONSFF, a rapporté une grève « très, très suivie ». « Cela montre vraiment que ce mouvement répond à une véritable colère des sages-femmes », a-t-elle déclaré à l’AFP. Dans les chiffres : plus de 50% des cabinets de sages-femmes libérales ont fermé leurs portes ce week-end, soit « plus de 3.000 cabinets ». 150 maternités affichent un taux de 100% de grévistes, « avec des maternités privées qui ont fermé ». Des fermetures qui s’accompagnent de réquisitions et d’assignations dans les établissements publiques.

Ce mouvement de grève vise à mettre en place « une réflexion sur le métier de sage-femme dans sa globalité, quels que soient les modes d’exercice, pour permettre de l’attractivité », a expliqué la responsable de l’ONSSF.

Une nouvelle journée de mobilisation le 7 octobre à Paris

De fait, de nombreuses sages-femmes ont été déçues par les annonces du ministre de la Santé, Olivier Véran, à la mi-septembre. Il avait promis une revalorisation pour les sages-femmes exerçant à l’hôpital, qui recevront à partir de janvier une prime de 100 euros net et une hausse de salaire d’environ 100 euros brut par mois.

18 professionnels manquent à la maternité du CHU d’Angers selon FO !

Au delà des sages-femmes, la maternité du CHU d’Angers semble en tension selon le syndicat qui a déposé un droit d’alerte lundi dernier, « des arrêts de travail et des départs non remplacés entrainant une dégradation des conditions de travail et une désorganisation de l’ensemble des services que les collègues ne peuvent plus accepter. » précise un communiqué du syndicat.

La direction du CHU aurait indiqué au syndicat « des problématiques de recrutement, qui seraient identiques dans tous les établissements de santé, pour justifier la désorganisation des services et le travail en sous-effectif de nos collègues. Si 3 recrutements ASH semblent être prévus, à la maternité, comme sur Saint Nicolas (où il manque 41 professionnels à ce jour), nous constatons que tout n’est pas mis en place pour attirer les professionnels et les garder. »

« 

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 84 = 88