Angers

À Angers, les ambulanciers se mobilisent pour leur statut et interpellent Olivier Véran

Publié

le

Une trentaine d’ambulanciers étaient mobilisés pour tenter d’obtenir plus de reconnaissance

Les ambulanciers du CHU d’Angers manifestaient ce vendredi matin dans l’enceinte de l’hôpital. Ils réclament plus de reconnaissance pour le métier qu’ils exercent et n’hésite pas à interpeller Olivier Véran.

Le CHU d’Angers était agité ce matin. En effet, l’ensemble du personnel des ambulanciers s’était donné rendez-vous ce vendredi matin pour se mobiliser face à la direction et au ministre. Après cinq mois de grève, le personnel sentait que pour faire bouger les choses, il fallait une forte mobilisation « On doit rentrer dans le rapport de force car il n’y a plus de discussion avec la direction » expliquent les manifestants. Les demandes du personnel ne datent pas d’hier mais la communication avec la direction est complètement rompue. Les ambulanciers demandent une reconnaissance de leur métier « Nous sommes reconnus comme des ouvriers et non des soignants ». En effet, les ambulanciers font partie de la filière logistique et non de la filière médicale. De plus, leur métier n’est plus le même qu’hier avec de nouvelles missions qui se sont ajoutés « On fait du transport funéraire, on est parfois aux urgences, mais nous avons toujours le même salaire ». Alors, pour se faire entendre, une trentaine de membres du personnel s’étaient donné rendez-vous devant le service de gynécologie du CHU. Pendant 20 minutes, ils ont défilé dans l’enceinte de l’hôpital, gyrophares hurlants et banderoles affichés. L’objectif était de se faire entendre et de signifier à la direction qu’il fallait prendre des décisions. Pour faire avancer les choses, les ambulanciers affirment avoir des solutions avec par exemple, un accès au grade supérieur. Une demande qui ne fait pas réagir la direction « La situation stagne, il y a un blocage. Nous voulons rentrer dans la discussion mais ils ne réagissent pas » déplore le personnel. Ils se sont ensuite dirigés vers l’entrée du CHU pour faire réagir le public.

Ils interpellent Olivier Véran

Les ambulanciers manifestaient aussi à l’échelle nationale en interpellant notamment Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé de France. « Le ministre dit qu’on ne fait pas partie de la filière aide-soignante. C’est faux ! On transporte des patients dans nos camions, pas des colis » martèlent-ils. Les ambulanciers de France réclament le passage de la filière logistique à la filière soignante par l’accès à la catégorie B comme leurs collègues aides-soignants. Ils veulent aussi de la reconnaissance face à la pénibilité de leur travail par la catégorie active « On lui a envoyé des centaines de lettres mais il n’a jamais répondu ».

Avec cette manifestation, les ambulanciers espèrent donc renouer premièrement avec la direction afin d’obtenir une meilleure reconnaissance puis, de changer les choses à l’échelle nationale. Une assemblée nationale devait se tenir ce midi pour décider de la suite de cette grève qui dure depuis cinq mois « Si rien ne bouge, on recommencera » conclue l’un des membres du personnel.

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 9 = 1