emploi

Dans le Maine-et-Loire, une prime pour vous aider à retrouver un emploi.

Publié

le

Archive Thierry Bonnet – Ville d’Angers/

C’est une mesure de plus qui vient renforcer la lutte contre le chômage. La ministre du Travail, Elisabeth Borne a annoncé ce jeudi 7 octobre l’octroi d’une prime de 1.000 euros à certains demandeurs d’emploi, aussi dans le Maine-et-Loire. Revue de détails des profils concernés.

Cette somme sera accordée aux chômeurs qui répondent à des critères bien précis. Ce «bonus» s’adressera ainsi aux demandeurs d’emploi de longue durée, c’est-à-dire inscrits à Pôle Emploi depuis plus d’un an.

Par ailleurs, ils auront à réaliser une formation en entreprise, et à présenter une promesse d’embauche.

La mesure prévoit également les modalités de versement de cette prime de 1.000 euros : les demandeurs d’emplois réunissant tous les critères percevront une première moitié de la somme au début de leur formation, le reste leur sera versé à la fin.

Aller vers des entreprises qui embauchent

Selon la ministre, cette mesure vise à inciter les chômeurs à aller vers des professions qui embauchent. En septembre dernier, le Premier Ministre Jean Castex avait d’ailleurs réitéré, face aux difficultés à recruter de certaines entreprises, la nécessité de renforcer impérativement la formation des sans-emploi.

Dans ce contexte, Elisabeth Borne s’était alors engagée, dans les colonnes du Parisien «à ce que tous les demandeurs d’emploi de longue durée soient recontactés par un conseiller Pôle Emploi d’ici à la fin de l’année».

Toujours en septembre dernier, suivant les derniers chiffres disponibles, la France (hors Mayotte) comptait au deuxième trimestre 3,026 millions de chômeurs de longue durée, inscrits depuis plus d’un an (catégorie A,B,C), avec plus d’1,5 million inscrits depuis plus de deux ans.

La ministre du Travail a toutefois tenu à salué la dynamique des contrats aidés, qui permettent à une entreprise d’embaucher un jeune éloigné de l’emploi (Contrats Initiative Emploi jeune), dont l’Etat prend en charge 47% de la rémunération du jeune, en affirmant que «40.000 contrats de ce type ont été signés depuis le début de l’année», contre «1.600 en 2020».

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 1