Maine-et-Loire

Angers : Face aux représentants syndicaux, Adrien Quatennens promet un grand plan de réparation pour les soignants

Publié

le

Adrien Quatennens face aux représentants syndicaux du groupe Vyv

Mardi 25 janvier, les représentants syndicaux du groupe mutualiste Vyv avaient pris rendez-vous avec Adrien Quatennens, député du Nord et coordinateur de la France insoumise, pour lui faire part de leur colère et désespoir vis-à-vis de leurs conditions de travail.

C’est au fond de la salle Daviers, à Angers, que la rencontre s’est produite. Pendant près de deux heures, Adrien Quatennens, l’homme qu’on a souvent l’habitude de voir non loin de Jean-Luc Mélenchon, a écouté Anthony, représentant syndical dans le groupe mutualiste Vyv (cliniques, optique, Ehpads, handicap, petite enfance…) et ses quatre collègues.

Pendant près de deux heures, ils ont fait part de leur écœurement, leur désespoir, leur colère face à leurs conditions de travail dictée par le groupe mutualiste Vyv, et contre lequel, les critiques ont fusées « Ce groupe mutualiste n’est plus porteur de nos droits mais destructeur de nos droits » lâche Anthony.

Les cinq représentants ont ainsi exprimé leur colère, où parfois, les larmes de désespoir étaient prêtent à couler « La pharmacie de Cholet a fermé pendant la pandémie car elle était déficiente. La pouponnière d’Angers a aussi fermé ! Les personnes âgées ne sont plus prises en charge correctement. On veut que le groupe Vyv nous entende, ce n’est plus possible « .

Les conditions de travail sont donc la première revendication d’Anthony et ses équipes, suivi du salaire. « Le personnel est malade, les cadres sont obligés de rester la nuit car il y a un manque de personnel, nos résidents sont enfermés depuis plus de deux ans » se désole Carole. « On arrive dans une inhumanité sans nom » souffle Marie-Thérèse.

La vaccination obligatoire des soignants au programme

Les cinq représentants syndicaux ont aussi exprimé leur ras-le-bol face à la gestion de la crise sanitaire, de la part du gouvernement Français, et notamment concernant la vaccination obligatoire des soignants « Je pense que chaque soignant non-vacciné demande juste à revenir travailler. Avec un test négatif, ils pourraient revenir travailler en toute sécurité ». Une infirmière, suspendue du fait de son refus de se faire vacciner, était aussi présente.

Selon ces syndicaux, cette vaccination obligatoire influe aussi sur les jeunes « La vaccination obligatoire a fait fuir les jeunes ». Ils dénoncent un gouvernement français qui ne peut plus durer « Nos équipes sont épuisées. Olivier Véran nous prend pour des cons »

Adrien Quatennens se dit « ravi » de cet échange

Après une heure et demie sans décrocher un mot et à prendre des notes sur une feuille de papier, le député dans la première circonscription du Nord a réagi à l’ensemble des propos des cinq syndicaux. « Le système de santé était en grande fragilité avant le Covid. On a besoin d’un grand plan de réparation » analyse-t-il. Anthony et son équipe s’étaient notamment plain de la place de l’économie devenue omniprésente dans le milieu de la santé.

L’homme proche de Jean-Luc Mélenchon, a réagi en indiquant vouloir faire cesser cette tendance. Il a aussi indiqué qu’en cas d’élection de Jean-Luc Mélenchon, la vaccination obligatoire des soignants prendrait immédiatement fin.

Cependant, il reconnaît tout de même que le parti de la France Insoumise est favorable à la vaccination, mais que ce n’est pas la seule arme pour se défendre face au virus. « Il faut organiser des roulements dans les équipes de soignants, fournir gratuitement des masques, organiser la circulation de telle façon à limiter la circulation du virus tout en vivant avec ».

Enfin, il souhaite instaurer un SMIC à 1400 euros et baisser les impôts de tous ceux touchant moins de 4 000 €.

Adrien Quatennens a clôturé cette grande discussion en affirmant que selon lui, croit la victoire de Jean-Luc Mélenchon le 12 avril prochain, est plus que jamais possible « On sent que quelque chose est en train de se passer dans notre campagne, on est en avance » affirme-t-il.

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

27 + = 37