Agriculture

Crise agricole : les socialistes dénoncent une position irresponsable de la Chambre régionale d’agriculture

Publié

le

Le convoi des agriculteurs est passé sur les voies sur Berges à Angers ce 1er février. / Crédit : Angers Info

« En quoi les annonces du gouvernement vont-elles améliorer la situation des paysans français ? », s’interroge le conseiller régional Jean-Louis Belliard dans un communiqué.

Les socialistes de Maine-et-Loire s’étonnent que les annonces du gouvernement jeudi dernier aient provoqué la satisfaction chez certains représentants syndicaux. Le parti affirme « qu’aucune embellie n’est à attendre du côté du résultat financier des exploitations » face au problème du revenu des agriculteurs.

Le conseiller régional Jean-Louis Belliard dénonce que « la loi Egalim est intrinsèquement très insuffisante », n’assurant pas « une plus juste répartition des marges » et ce même malgré les contrôles à venir. Il insiste que la mesure « ne permet pas d’encadrer le processus d’élaboration des prix agricoles et n’apporte aucune réponse au déséquilibre des rapports de forces dans les filières ».

La gestion de l’eau au coeur du désaccord

Le parti socialiste s’oppose à la suspension du plan Ecophyto, « une fuite en avant » qui « fragilise la filière bio » et reporte « la transition de nos exploitations vers l’agro-écologie ». Le conseiller régional dénonce l’attitude de François Beaupère, membre de la FNSEA et président de la Chambre régionale d’agriculture, qui laisse sur le côté « toute notion d’intérêt général en demandant au préfet de stopper toutes les études relatives à la gestion qualitative et quantitative de la ressource en eau. »

Rappelant que ces études doivent déterminer les volumes prélevables dans le cadre d’une gestion durable et collective de la ressource, Jean-Louis Belliard assène : « Si la position de Président de la chambre régionale d’agriculture remet en cause notre capacité à assurer à chaque citoyen l’accès à l’eau potable, elle est également mortifère pour l’agriculture ligérienne et va à l’encontre de la recherche de plus d’autonomie alimentaire de notre région. »