France

La présidente de la région Pays de la Loire Christelle Morançais rejoint Edouard Philippe chez Horizons

Publié

le

CR PDL – Christelle Morançais, Présidente de la Région Pays de la Loire, Marlène Dolveck, Directrice Générale SNCF Gares & Connexions, et Jean Marc Verchère Maire d’Angers.

Christelle Morançais avait quitté Les Républicains, son parti de toujours, en 2022, avec perte et fracas. Elle a annoncé ce dimanche 11 février rejoindre le parti Horizons créé par l’ancien Premier ministre.

« Je choisis de rejoindre Edouard Philippe et d’avancer à ses côtés au service d’une action positive, forte et courageuse pour l’avenir de notre pays ». C’est par ces mots que Christelle Morançais, présidente du conseil régional des Pays de la Loire, a annoncé son ralliement au parti Horizons. Née au Mans, elle est à la tête de la région depuis 2017, succédant à Bruno Retailleau. Adhérente à l’UMP depuis 2022 puis membre du parti successeur Les Républicains de 2015 à 2022, elle en était vice-présidente de 2019 jusqu’à son départ.

Alors qu’elle reconnaît n’avoir « pas toujours été d’accord sur tout » avec Edouard Philippe, elle défend néanmoins un homme qui échappe « à l’immédiateté, à la brutalité et au populisme ». L’ancien Premier ministre de 2017 à 2020 serait le seul à incarner « une droite de rassemblement », une droite « qui croit à la nuance et qui regarde le temps long ».

Une « droite de rassemblement » qu’elle défendait déjà autour du gouvernement en 2022

Christelle Morançais explique un choix qui répond à ses convictions d’une droite « lucide, moderne, ouverte, connectée » et à sa position d’élue locale en se félicitant d’une « action déterminante au service de notre région et de ses habitants ». Edouard Philippe a remercié la dirigeante de la région, saluant « une élue locale aussi reconnue qu’efficace ».

Après l’élection présidentielle de 2022, Christelle Morançais avait appelé à une coalition de gouvernement pour éviter tout blocage, aux côtés notamment de Franck Louvrier, ancien conseiller communication de l’ancien président Nicolas Sarkozy qui avait lui-même affirmé son soutien à Emmanuel Macron. Cette position l’opposait ainsi à celle de ténors du parti tels qu’Éric Ciotti, aujourd’hui président des Républicains.

Le « coup de poignard » de Notre-Dame-des-Landes semble loin

Parmi ses désaccords passés avec Edouard Philippe qu’elle évoque, figure notamment l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes par le gouvernement en 2018. Christelle Morançais l’avait qualifié de « coup de poignard », regrettant les conséquences notamment économiques qui affecteraient la région, le tout alors que la justice avait à maintes reprises validé le projet.

La présidente du conseil régional est donc, semble-t-il, passée à autre chose, mettant de côté les divergences d’intérêts qui ont pu l’opposer à l’ancien Premier ministre. Alors qu’Edouard Philippe est attendu en Sarthe et en Mayenne, mardi 13 et mercredi 14 février, Christelle Morançais sera-t-elle du déplacement ?

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 46 = 51