Sante

Coronavirus : Après 200 jours en réanimation, il sort enfin du CHU d’Angers

Publié

le

Jean-Pierre Renou, au milieu du personnel du CHU d’Angers qui l’a aidé à gagner ce combat

En réanimation et atteint du Covid depuis le mois de novembre, Jean-Pierre Renou est sorti du CHU d’Angers le 8 juin après avoir passé près de 200 jours entre la vie et la mort. Âgé de 73 ans, il a marqué le personnel mais aussi sa famille par son courage et sa résistance pour combattre le virus.

200 jours soit près de 7 mois. C’est le temps qu’aura passé Jean-Pierre Renou dans le service de réanimation du CHU d’Angers. Une force incroyable que le personnel a du mal à se rendre compte. « En moyenne, les malades du Covid passent deux semaines chez nous en réanimation. Jean-Pierre est resté 200 jours » raconte le Professeur Sigismond Lasocki, chef du service Anesthésie Réanimation chirurgicale du CHU d’Angers. Jean-Pierre Renou a traversé toutes les étapes possibles, allant de l’amélioration à la dégradation. Un scénario en montagne russe qui ne rassurait ni le personnel, ni sa famille qui s’imaginaient le pire. « Il y a eu des moments d’extrême angoisse pour sa famille, pour lui et pour les soignants. Au début, à son arrivée en novembre, il a respiré avec beaucoup d’oxygène pendant 24h mais ensuite, nous avons été amenés à l’intuber. Et ça, il l’a fait des dizaines de fois. » se souvient le Professeur. « L’équipe était inquiète des séquelles qu’il pourrait avoir ».

À présent, Jean-Pierre regarde vers le futur

Pour sortir du CHU d’Angers en marchant, Jean-Pierre Renou a dû livrer un véritable combat face au virus, qu’il a gagné grâce à une détermination hors-norme qui nous donne une leçon de vie à tous. « Je voulais, je voulais m’en sortir. Je pensais réussir mais ça n’a pas toujours été facile » explique-t-il à FranceInter. Sa femme et 4 ses enfants ont souffert, tout comme le personnel durant ces sept mois de galère. « Le dernier mois c’était beaucoup mieux mais pendant six mois, ça a été en dents de scie » décrit Franck, son fils. Même s’il n’est pas complètement remis, Jean-Pierre a laissé le virus derrière lui et se focalise sur l’avenir. Il va rejoindre un établissement de santé spécialisé en soins de suite et réadaptation à Baugé, tout près de sa nouvelle maison qu’il vient de se faire construire.

Une fois que le virus ne sera plus qu’un mauvais souvenir, Jean-Pierre souhaite retourner à sa vie d’avant en voyageant en camping-car avec son épouse.