Vienne

Poitiers : une conseillère municipale victime de propos racistes

Publié

le

Image d’Illustration

Samira Barro-Konaté, conseillère municipale de Poitiers en charge des vacances pour tous, a révélé avoir été victime de propos racistes ce mercredi 3 juillet.

L’incident s’est produit alors qu’elle se promenait avec son bébé de quatre mois. Selon son témoignage, un homme d’une cinquantaine d’années lui a lancé depuis sa voiture : « De toute façon, Marine Le Pen te renverra chez toi ».

Un Témoignage Bouleversant

Choquée par la violence de ces propos, Samira Barro-Konaté a partagé son expérience sur X (anciennement Twitter) et au micro de France Bleu Poitou. Elle a expliqué : « Je n’ai jamais vraiment vécu le racisme, c’est vrai qu’on voit le contexte actuel et ce qu’il se passe ailleurs, mais on ne pense pas que ça peut nous arriver dans notre quartier populaire. »

Un Climat de Tension Politique

Cet incident s’inscrit dans un contexte politique tendu, marqué par des scores élevés de l’extrême droite et une montée des discours haineux. Samira Barro-Konaté exprime ses craintes face à cette situation : « On va avoir des milices dans la rue qui vont faire des ratonnades ? Certains ont l’air de penser que si le Rassemblement national passe, ils vont aller casser des pédés, casser des Arabes, casser des Noirs. »

Un Phénomène en Augmentation

De nombreux habitants de Poitiers rapportent une recrudescence des propos racistes dans la sphère publique et sur les réseaux sociaux. Un jeune résident du quartier des Couronneries mentionne des insultes telles que « les Noirs, rentrez chez vous ». Deux jeunes femmes, Lia et Éloïse, confirment : « Il y a une aisance, les gens se permettent beaucoup plus. Ils ne se cachent plus d’être racistes. »

Une Inquiétude Croissante

Pour Salia, une résidente de soixante ans, l’arrivée potentielle du Rassemblement national au pouvoir est synonyme d’une hausse des agressions. Elle se sent particulièrement vulnérable : « J’ai peur. Ils vont se lâcher, et je suis toute seule, depuis que mes enfants sont partis. »

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

82 − = 78