Angers

Bruno Retailleau : « L’urgence pour le ministre de la Justice n’est pas d’écrire une nouvelle loi, mais de s’assurer que la justice condamne les voyous. »

Publié

le

Bruno Retailleau : « L’urgence pour le ministre de la Justice n’est pas d’écrire une nouvelle loi, mais de s’assurer que la justice condamne les voyous. » (DR)

Bruno Retailleau, Président du groupe Les Républicains au Sénat a publié un communiqué de presse ce mercredi.

Ce mercredi 9 décembre, Bruno Retailleau a poussé un coup de gueule dans un communiqué, pour dénoncer le ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti et sa volonté d’écrire une nouvelle loi. « A chaque problème désormais, on a l’annonce tonitruante d’un projet de loi qui aboutit, plusieurs mois après, à un catalogue de mesures technocratiques qui ne résolvent  pas grand chose, comme actuellement la loi sur le séparatisme. Qui peut croire qu’en France il n’y a pas déjà des lois qui interdisent de brûler des voitures, de briser des vitrines et de frapper des policiers ? D’ailleurs il y a déjà une loi anti Black Blocks, votée à mon initiative et à laquelle le gouvernement avait fini par se rallier après beaucoup de valses-hésitations. » explique l’ancien Président de la Région Pays de la Loire.

« L’urgence pour le ministre de la Justice ce n’est donc pas d’écrire une nouvelle loi, mais c’est de s’assurer que la justice condamne les voyous et quand ils sont condamnés qu’ils effectuent leur peine. L’urgence pour le président de la République, c’est d’assurer le soutien de la nation à nos forces de l’ordre en évitant de reprendre à son compte les accusations infamantes de violences policières proférées par l’extrême gauche. L’urgence pour le ministre de l’Intérieur c’est de donner à nos policiers les moyens de lutter vraiment contre les casseurs. » rajoute Bruno Retailleau, avant de faire une proposition « C’est pourquoi j’ai proposé la création de brigades anti- blacks blocks qui puissent réaliser un vrai travail de police judiciaire, avec des spécialistes formés au suivi, à la détection et à l’infiltration des groupuscules ultra violents. Seul ce travail permettra d’identifier et d’inculper les récidivistes, afin de les condamner lourdement pour réunion en bande organisée ou association de malfaiteurs. »

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 4 =