Immobilier

Immobilier : à Angers les prix s’envolent à près de 4000€ le M2.

Publié

le

Immobilier : à Angers les prix s’envolent à près de 4000€ le M2

Depuis le début de la Crise de COVID-19, l’Ouest de la France, Angers en tête séduit de plus en plus de Parisiens, mais aussi plus surprenant des habitants de Rennes et de nos voisins Nantais en quête de tranquillité.

Côté immobilier, en deux ans, le prix de la pierre s’est enflammé dans certaines villes moyennes, comme à Reims, mais la progression la plus importante se trouve à l’Ouest de la France non loin de Paris en TGV du côté d’Angers (Maine-et-Loire).

Dans cette ville, « les maisons se vendaient à peu près 2.500 euros le mètre carré. Aujourd’hui, on peut imaginer les 3.800 voire 4.000 euros le mètre carré », explique une agent immobilier à RTL. Plus besoin de pub pour ce commerçant, ce qui incite parfois des propriétaires dans l’attente à basculer et vendre leur bien

Parmi les acheteurs, les Parisiens sont nombreux, car Angers est agréable à vivre et près de la capitale en TGV. Avant de travailler ici, Vanessa faisait l’aller-retour quotidiennement. « Paris Angers c’est 1h30, ce temps-là, je préfère le passer dans le TGV que dans le RER ou le métro », affirme-t-elle à la radio nationale. « Avec un ordinateur et une bonne connexion wifi on est très à l’aise », poursuit la jeune femme.

Et quel meilleur baromètre que celui du Conseil départemental de Maine-et-Loire pour en juger avec les DMTO (Les droits de mutation à titre onéreux) qui représentent les taxes que les collectivités locales et que l’Etat imposent lors de la vente d’un bien immobilier quel qu’il soit. Ils font partie intégrante des fameux frais de notaire dont doit s’acquitter tout acheteur au moment de la transaction. En 2019, la collectivité angevine avait engrangé près de 100 millions de Taxe. Pour 2020, l’assemblée départementale table sur une manne financière de 150 millions d’euros, sans doute du jamais vu.

Mais pour autant à regarder les applications immobilières et les propositions des agents sur Angers et sa métropole, l’offre semble s’épuiser « moins de biens à vendre ou trop élevé » explique un agent immobilier angevin « hormis sur Trélazé où les programmes immobiliers continuent de pousser », même constat chez un banquier « auparavant on avait une dizaine de demandes de crédit par semaine, à présent on en a beaucoup moins »

Et un autre agent immobilier de conclure, « plus rien à acheter les parisiens sont partis! »

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info