Angers

L’exposition « Du manuscrit à la BD » à voir dès ce week-end au château d’Angers

Publié

le

Château d’Angers. Crédit : Jimmy Joubert / Angers Info

Présentée par le Centre des monuments nationaux, l’exposition vise à dévoiler les « nouveaux trésors des bibliothèques des Pays de la Loire », des manuscrits enluminés médiévaux aux planches de bandes dessinées contemporaines. Elle se tient jusqu’au 12 mai au Domaine national du château d’Angers.

« Dans le logis royal du château d’Angers qui, à l’époque du roi René, conservait des centaines d’ouvrages de la collection personnelle du prince, une bibliothèque idéale prend vie », raconte le communiqué du Centre des monuments nationaux. Cette bibliothèque élaborée veut regrouper les trésors insoupçonnés des bibliothèques municipales ligériennes. Manuscrits enluminés du Moyen Âge, premiers ouvrages imprimés d’avant 1500, ou encore éditions originales et lettres manuscrites de Jules Verne font office de fonds ancien.

L’exposition veut rendre hommage à la figure du roi René, « lui-même auteur, mais surtout commanditaire d’œuvres d’art et mécène avant la lettre », en présentant pour la première fois des feuillets d’un livre d’heures de 1450 réalisé pour son fils, Jean d’Anjou duc de Calabre, et conservés à la Bibliothèque municipale d’Angers. Sera aussi découvert « un exemplaire unique en France acquis pour la Bibliothèque d’Angers en 2022 de La Deffence et L’Olive », deux textes de Joachim du Bellay à l’époque de François Ier légitimant l’emploi de la langue nationale.

L’Anjou « terre du livre, du Moyen Âge à aujourd’hui »

S’ajoutent des ouvrages contemporains, allant des leporellos, étranges livres d’artistes en accordéon, aux œuvres littéraires avant-gardistes de Julien Gracq. L’exposition veut aussi mettre à l’honneur la conservation d’un certain héritage, présent à Angers à travers l’ISEEM, centre européen de formation d’artistes enlumineurs, et des auteurs contemporains comme le Maugeois Etienne Davodeau, grande figure de la bande dessinée documentaire.

L’événement doit donc reconstituer un fond régional constitué depuis la Révolution française, de 500 œuvres, rassemblées pour la première fois. Il est réalisé avec le soutien du ministère de la Culture, de la Région Pays de la Loire, de la Ville de Nantes et de la Ville d’Angers.

Ouverture ce vendredi 19 janvier avec la « Nuit de la lecture »

Des visites sont prévues en parallèle de l’exposition, mettant à l’honneur « le livre dans tous ses états » (25 janvier, 8 et 29 février, 21 mars, à 10h15, inscription sur place) et proposant une rencontre avec un conservateur de bibliothèque (10 février, 9 mars, 13 avril et 11 mai à 10h30, sur réservation en ligne ou aux caisses du monument). Des animations pour les familles et des visites scolaires sont aussi planifiées.

L’exposition s’ouvrira vendredi 19 janvier à 19h30 par la « Nuit de la lecture », qui permet de visiter l’exposition et la tapisserie de l’Apocalypse en nocturne. Elle sera ensuite ouverte du 20 janvier au 12 mai, sauf le 1er mai, de 10h à 17h ; et jusqu’à 18h du 2 au 12 mai. L’accès se fait au minimum 45 minutes avant la fermeture. L’exposition est accessible sans supplément au tarif d’entrée dans le monument.

Les tarifs de ce dernier sont de 11 euros, et gratuit pour les -18 ans (hors groupe), les 18-25 ans (hors groupe) ressortissants de l’UE ou résident régulier sur le territoire UE (sur présentation d’une pièce d’identité), les détenteurs de la Carte blanche ou du Passeport Musées/château, du Pass Éducation (en cours de validité et avec photo), les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur (sur présentation de la carte d’invalidité), les demandeurs d’emploi ou bénéficiaires des minima sociaux (sur présentation d’un justificatif de moins de 6 mois).