Angers

Impôt sur le Revenu. Le syndicat « Solidaires » inquiet sur l’accueil du public en Maine-et-Loire.

Publié

le

Impôt sur le Revenu. Le syndicat "Solidaires"  inquiet sur l'accueil du public en Maine-et-Loire.

Impôt sur le Revenu. Le syndicat « Solidaires » inquiet sur l’accueil du public en Maine-et-Loire.

Une fois de plus, la campagne de réception du public, en vue du dépôt de la déclaration des revenus (IR), qui vient de débuter, va voir un public très nombreux venir se renseigner aux guichets des services de la Direction générale des finances publiques (DGFiP). Comme chaque année, plus de 6 millions de personnes solliciteront la DGFiP en se rendant à l’accueil et plus de 3 millions contacteront les services par téléphone. Pour le seul département de Maine-et-Loire plus de 52 000 personnes se rendront aux guichets pour la seule période de campagne IR (mi-avril, fin mai) et plus de 30 000 solliciteront les services par téléphone. Aujourd’hui le syndicat Solidaires Finances Publiques alertent sur la situation.

« L’accueil du public vit cependant des heures de plus en plus difficiles : les effectifs de la DGFiP (Direction générale des finances publiques) ne cessent de diminuer. En Maine-et-Loire, le département aura perdu plus de 200 emplois, ramenant ses effectifs sous le seuil des 1000 agents pour 2015. 22 nouvelles suppressions sont à déplorer pour le 1er septembre 2015. De même, notre réseau de trésoreries (ex-perceptions) de proximité sera passé de 35 trésoreries en 2010 à 27 aujourd’hui.
Cinq nouvelles trésoreries sont menacées de fermeture dans un très proche avenir. » indique dans un communiqué le syndicat.

« Pour les contribuables, cette situation se traduit par un éloignement des services publics, des délais d’attente de plus en plus longs aux guichets et par une moindre disponibilité des agents. Pour cesderniers, la pression est énorme : il s’agit de recevoir un public nombreux en peu de temps, tout en faisant face aux autres missions. »

« De fait, les pouvoirs publics organisent le repli des services de la DGFiP, ce qui se traduira par des délais d’attente plus longs à l’accueil et par une désertification accrue. Si les outils informatiques sont souvent utilisés, ils ne sauraient toutefois se substituer à « l’accueil physique ». Au reste, le taux de fréquentation de nos guichets en constante augmentation le démontre. Solidaires Finances Publiques demande que cessent les suppressions d’emplois et les suppressions de postes et qu’un plan de recrutement à la hauteur des enjeux soit rapidement mis en oeuvre »

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 1 =