Economie

Nouveaux rabais chez Total Energies et CMA CGM, pressés par le gouvernement. Stella Dupont retire son amendement.

Publié

le

TotalEnergies et CMA CGM ont annoncé vendredi de nouvelles remises sur leurs tarifs, répondant à l’appel du gouvernement d’accentuer leur participation à la lutte contre l’inflation. /Photo prise le 30 juin 2022/REUTERS/Stéphane Mahé

TotalEnergies et CMA CGM ont annoncé vendredi de nouvelles remises sur leurs tarifs, répondant à l’appel du gouvernement d’accentuer leur participation à la lutte contre l’inflation.

Le groupe pétrolier et le transporteur maritime avaient déjà annoncé fin juin des remises pour certains de leurs clients mais le gouvernement, jugeant ces efforts insuffisants, tentait depuis plusieurs semaines de convaincre les deux groupes d’accroître leurs efforts en faveur du pouvoir d’achat des Français.

Les nouvelles remises consenties par TotalEnergies, qui succéderont à la « remise d’été » appliquée dans les seules stations autoroutières du groupe, s’appliqueront « dans toutes ses stations-service en France » et s’élèveront à vingt centimes d’euros par litre du 1er septembre au 1er novembre, puis à dix centimes d’euros par litre jusqu’au 31 décembre, explique le groupe dans un communiqué.

« Je salue la discussion de Total, je pense que c’est une décision juste, (…) une décision forte et une décision bonne pour les consommateurs », a jugé vendredi sur BFMTV et RMC le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

« Ce que rend Total est très significatif par rapport aux bénéfices qu’il a pu faire cette année, et uniquement cette année, sur ses activités de raffinage » en France, a-t-il ajouté, en saluant également le geste consenti par CMA CGM.

Les baisses de prix proposées par TotalEnergies « s’appliqueront dès le premier litre acheté, sans limite de montant, pour tous les carburants pétroliers vendus en stations et s’ajoutent à la remise mise en place par l’Etat », est-il précisé.

Cette remise de 18 centimes, devait être prolongée jusqu’à fin septembre avant de baisser progressivement pour une extinction au 1er décembre, selon le projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2022 dont l’examen vient de commencer au Parlement.

SOUTIEN AUX MÉNAGES ET AUX ENTREPRISES

Mais le gouvernement est prêt à modifier cette trajectoire lors de la discussion du budget rectificatif, sous réserve que l’équilibre budgétaire du texte ne soit pas affecté.

« On va en discuter à l’Assemblée nationale, mais je le dis ici, si certains – Les Républicains ou d’autres – veulent augmenter la remise de 18 centimes d’euros qu’ils trouvent insuffisante, nous pouvons augmenter cette remise, quitte à renoncer à d’autres aspects de notre projet pour rester dans l’enveloppe de 4,4 milliards d’euros » prévue pour cette mesure, a expliqué Bruno Le Maire vendredi matin sur BFMTV et RMC.

De son côté, le groupe de transport maritime CMA CGM a porté à 750 euros (contre 500 euros précédemment) la remise du taux de fret par conteneur pour les importations vers la France métropolitaine et les territoires ultramarins.

Cette ristourne a également été étendue, pour la clientèle professionnelle, de la seule grande distribution à l’ensemble des clients, qu’il s’agisse de grands groupes, PME ou TPE, et une remise de 100 euros par conteneur sera également proposée à toutes les exportations françaises.

La CPME, confédération des petites et moyennes entreprises, a également salué dans un communiqué l’effort consenti par l’armateur et la réponse à plusieurs de ses demandes, « en augmentant la réduction du taux de fret jusqu’ici réservée à certaines grandes enseignes et en l’étendant aux TPE-PME importatrices mais également, et c’est une nouveauté, exportatrices. »

Ces nouvelles mesures entreront en vigueur pour un an à compter du 1er août prochain, précise dans un communiqué le groupe basé à Marseille et contrôlé par la famille Saadé.

Jugeant que ces deux grands groupes ont pris « des décisions significatives », la douzaine de députés Renaissance qui réclamaient, en dépit des réticences gouvernementales, la création d’une « taxe sur les superprofits », ont décidé de retirer leur amendement en ce sens dans le budget rectificatif.

« Nous allons retirer l’amendement », a déclaré à Reuters Stella Dupont, députée du Maine-et-Loire du camp présidentiel, en soulignant que la demande de « résultats concrets, rapides, a été entendue ». « Ma volonté était d’inciter à une plus grande solidarité immédiate de ces grands groupes. »

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info