Angers

Angers : l’artiste William Amor présente ses quatre œuvres d’arts à base de matériaux recyclés pour le Carré Cointreau

Publié

le

L’un des orangers recyclé

Depuis l’année dernière, le Carré Cointreau propose aux visiteurs un nouveau parcours accompagné d’une nouvelle scénographie pour faire découvrir sa fameuse distillerie. Pour apporter une touche finale, la maison a fait appel à un artiste-plasticien moderne, William Amor, qui a créé quatre oeuvres d’arts réalisées à partir de matière recyclées.

Un magnifique oranger, un oranger amer, une étonnante branche de poivrier, et son
Bouquet messager, composé de roses, de fleurs d’oranger et de lavande. Ces quatre objets prônent désormais dans le Carré Cointreau. Or, lorsque l’on s’en approche avec un oeil d’expert, on se rend compte que ces quatre éléments ne sont pas absolument pas naturels. Et lorsque l’on demande la composition de ces éléments à un homme grand de 1 mètre 85, aux yeux bleus et au crâne légèrement dégarni se situant non loin de la scène, il vous répondra que ce sont des oeuvres d’arts réalisées avec des bouteilles recyclées, des sacs plastique, des billes de polystyrène, des fils de scoubidou ou encore des filets de pêche et des cordages échoués sur les plages. Cet homme est William Amor.

Qui est William Amor ?

William Amor est artiste depuis qu’il est tout jeune. Mais son arrivée à Paris a changé sa manière de travailler « Je suis un amoureux de la nature et elle me manquait« . Les nombreux déchets à Paris ont été une source d’inspiration pour lui. Il s’est donc mis à les récupérer, effectuer des recherches pour ensuite réaliser des oeuvres d’arts. Son savoir-faire énorme et ses connaissances impressionnantes actuelles sur la revalorisation des déchets sont dû à près de 16 ans de recherches « A chaque fois j’ai tâtonné, j’ai récupéré des sacs avec lesquels j’ai réalisé plein d’expérience pour savoir comment je pouvais les assouplir, les rendre doux, les teindre […] et après j’ai fait ça avec tous les matériaux qui se trouvent dans les déchets comme des mégots de cigarette ». Il est donc maintenant artiste-plasticien spécialisé dans la récupération de déchets, autrement appelé l’upcycling. Très attaché au monde du vivant, il récupère des déchets « vilain, moche, néfaste » pour en faire des oeuvres « précieuses, rares et porteuses d’émotions ». Il se qualifie comme « embellisseur de matière délaissée ». Il est donc très impliqué dans l’écologie. Le déchet est la matière première de sa création. Ce sont des pièces d’exception, qui au-delà de leur esthétisme, sensibilisent à la surconsommation, importante source de pollution.

Pourquoi sont-elles au Carré Cointreau ?

Cela fait désormais plus d’un an que la maison Cointreau, basée à Angers, a réouvert ses portes après plusieurs mois de travaux. On y trouve un nouveau parcours afin de découvrir la distillerie, une expérience olfactive pour découvrir les arômes du Cointreau sans oublier l’histoire de la célèbre marque crée par Adolphe et Édouard-Jean Cointreau en 1849. Mais avec du recul, il manquait quelque chose à cette maison pour satisfaire le personnel  » la première livraison était très conceptuelle, très intellectuelle et pas très jolie ». Le carré Cointreau s’est donc mis à la recherche d’un élément qui pourrait marquer l’aboutissement de cette modernisation, et grâce à une rencontre, se sont dirigés vers William Amor. Après avoir visité l’établissement, on lui a confié la mission d’interpréter quatre familles d’arôme présente dans le Cointreau. Après 5 mois de recherches, William Amor dévoile donc ses quatre oeuvres au Carré Cointreau. On retrouve un oranger amer, un autre oranger, un poivrier et un bouquet composé de roses, de fleurs d’oranger et de lavande. tout est fait avec des matériaux recyclés comme du filet de pêche, des sacs plastiques ou encore des billes de polystyrène. La ressemblance avec la réalité est aussi magnifique que frappante « C’est une chouette expérience » souligne-t-il.

Un coup de foudre pour Cointreau

Pour le Carré Cointreau, cette rencontre avec l’artiste a été un véritable coup de foudre. Celle-ci s’est faite lorsque William Amor est invité à visiter le Carré Cointreau. Subjugué par l’histoire de la distillerie et par les rencontres qu’il a pu faire, l’entente a été fusionnelle et le projet est né petit à petit « Cela a été une vraie rencontre, j’ai pu découvrir une équipe très humaine. Il y a eu aussi cette magnifique histoire de la distillerie qui m’a attiré ». Cointreau se dit aussi entièrement satisfait de cette collaboration puisque le résultat est remarquable et qu’il correspond parfaitement aux engagements écoresponsables pour lesquels la marque Angevine se bat depuis près de 20 ans  » Nous avons été touchés par la poésie et l’esthétique des créations de William Amor, et plus encore par leur message, qui fait écho à nos valeurs et à nos engagements ».

Cependant, il ne serait pas impossible de voir d’autres projets en collaboration entre William Amor et le Carré Cointreau voir le jour dans le futur « C’est en réflexion » explique cette dernière. Pouvons-nous espérer d’autres oeuvres d’arts recyclées ? Seul l’avenir nous le dira…

Continuer à lire
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 1 =