Economie

Un chèque carburant dans le Maine-et-Loire. Qui pourrait en bénéficier ?

Publié

le

Un chèque carburant dans le Maine-et-Loire. Qui pourrait en bénéficier ?

Les prix à la pompe continuent de grimper dans les stations-services du Maine-et-Loire et l’exécutif réfléchit à la façon de réagir face à cette flambée des tarifs de l’essence et du diesel. Parmi les pistes envisagées, un chèque carburant.

Alors que le prix du diesel a atteint cette semaine un record historique à 1,5354 euros par litre en moyenne et 1.515 en moyenne dans nos stations en Anjou, et le sans plomb 95, 1,6332 par litre en moyenne en France et dans le Maine-et-Loire, ces prix ont un impact direct sur le pouvoir d’achat des Français. Face à ces hausses, Emmanuel Macron a annoncé jeudi 14 octobre : «qu’une action de court terme d’accompagnement des ménages» allait être mise en place pour «ne laisser personne dans le désarroi».

Les solutions envisagées

La mise en place d’un chèque carburant, sur le modèle du chèque énergie est une des pistes envisagées. Il ne s’agira toutefois pas d’une aide généralisée pour tous les automobilistes.

Le dispositif n’a pas été officialisé ni confirmé mais le gouvernement prévoit bien de nombreux critères dont ceux liés aux revenus. Toutefois, les salariés ne seraient pas les seuls concernés. «Une mère au foyer qui accompagne ses enfants à l’école ou une personne handicapée qui a besoin de prendre sa voiture doivent pouvoir être accompagnées même s’ils ne travaillent pas», à souligne un proche du gouvernement à nos confrères du Parisien. Pour bénéficier du chèque, il faudra en revanche posséder son propre véhicule.

Pour les personnes qui utilisent le plus leur voiture, le gouvernement réfléchirait à une déduction fiscale basée sur les déclarations de frais réels. Seulement un tel dispositif ne concernerait alors que les foyers qui paient des impôts sur le revenu, et ne toucherait donc pas les plus modestes.

Une aide existe déjà dans le Nord

Dès lors d’autres modèles pourraient inspiré le gouvernement. Un dispositif similaire est déjà en place depuis 2016 dans les Hauts de France. Dans cette région, une aide de 20 euros par mois est versée aux salariés sous certaines conditions. Il s’agit officiellement du dispositif «aide au transport» dont les critères sont précisés sur le site de la région.

Outre le fait d’être domicilié dans la région, plusieurs critères sont nécessaires :

-Circuler à bord d’un véhicule particulier ou un deux-roues motorisé pour la majorité de ses déplacements entre domicile et lieu de travail

-Être salarié via un CDI ou un CDD d’au moins un mois.

-Le lieu de travail doit être distant d’au moins 20 kilomètres du domicile

-Être domicilié dans un secteur peu desservi par les transports en communs ou attester d’horaires décalés ne permettant pas de les emprunter.


En 2018, la métropole de Nice avait mis en place un dispositif d’aide financière sur le carburant. Mais celui-ci a pris fin en 2020, la métropole a privilégié le soutien à d’autres formes de mobilité comme une prime pour l’achat d’un véhicule électrique ou d’un vélo.

Enfin, le patron de Leclerc annonce ce matin, un prix coutant sur l’essence dans ces hypermarchés jusqu’au 30 Octobre.

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 + 1 =