Viticulture

Les chênes du Domaine de Brissac, de la forêt à la barrique « Made in Anjou »

Publié

le

Crédit Jérôme Paressant .

Au cœur du Maine-et-Loire, les premières barriques issues des chênes de la forêt du Château de Brissac voient le jour et rejoignent les caves du Château La Varière cet automne.

Un projet d’envergure initié en 2018 à la suite d’une rencontre de passionnés issus de différents milieux avec pour objectif : la conception de barriques de vins destinées à l’élevage de vins de la région.

À l’origine de ces barriques, un échange en 2018 et une idée lancée autour d’un repas de chasse au Château de Brissac entre la Duchesse de Brissac et David Grellier, directeur technique du Château La Varière. Après quelques mois, le projet se dessine… L’immense forêt de 1000 hectares du Domaine de Brissac dispose en effet de magnifiques chênes centenaires adaptés à la production de barriques de qualité.

Une vraie expérience.

La tonnellerie Allary se joint en 2019 au projet de la Duchesse et du Château La Varière et se chargera de la fabrication de ces barriques. Après trois années de travail, les barriques sont enfin prêtes ! Le Château La Varière dispose depuis peu des trois premières barriques et une cuve tronconique arrivera prochainement. « L’utilisation de ces nouvelles barriques reste encore une expérience. Nous prévoyons un démarrage en douceur ». prévient David Grellier, Château La Varière

Ce Domaine historique de l’Anjou, connu autrefois pour être le grenier du Château de Brissac, produit la plupart des Appellations sur près de 150 hectares de vignoble (Anjou, Anjou-Villages Brissac, Coteaux de l’Aubance, Coteaux du Layon, Bonnezeaux et Quarts de Chaume Grand Cru). Pour l’instant, les barriques de Brissac sont en phase de tests : si ils se révèlent concluants, de nouvelles barriques pourraient arriver.

De la forêt à la barrique

Il aura fallu trois visites de repérage dans la forêt de Brissac pour dénicher les trentes chênes les plus adaptés à ce projet. De l’expert forestier, au tonnelier jusqu’au vigneron, chacun a apporté son expertise et ses recommandations pour pouvoir présélectionner puis analyser la qualité du bois selon trois critères : la qualité du grain, l’absence de nœud et une longueur de tronc suffisante.

La production des barriques peut alors commencer. Du découpage jusqu’à l’assemblage des douelles, chaque étape est minutieuse et chaque douelle est vérifiée deux fois avant d’être mise à sécher sur parc ouvert pendant minimum 18 mois (30 mois en moyenne pour les douelles destinées à une cuve tronconique)

La rédaction apporte chaque jour son lot quotidien d'information angevine, pour vous fournir l'essentiel de l'actualité de la journée.Vous avez une information urgente, pratique, n’hésitez-pas envoyez la nous sur redaction@my-angers.info

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

40 + = 44