Social

« Quel est l’avenir de notre ehpad, sans personnel et sans infirmières ? » Manifestation à St Nicolas à Angers.

Publié

le

« nous ne sommes pas considérée essentielles » déclare une infirmière. © Gabriela Richou

La situation se dégrade rapidement sur les résidences du pôle médico-social St Nicolas. Selon, les syndicats, la direction se cacherait derrière l’épidémie du COVID pour occulter une réelle problématique chez les soignants et l’épuisement professionnel qui les gagne. 

Aujourd’hui 29 avril, une soixantaine de personnes se sont réunis devant l’ehpad St Nicolas. Ils dénoncent le manque de personnel, la rupture d’aliments, de médicaments et demandent une prise de conscience de la part de la direction qui semble ne pas comprendre les demandes de ses infirmiers et aides-soignants.

« Arrêter de faire des économies sur les ehpad et sur le secteur du médico-social » réclament-ils.

Gaël et Marion , deux infirmiers à St Nicolas ont pris la parole pour dénoncer la situation « injuste », les journées de 24h qui paraissent ne jamais finir mais aussi l’inquiétude de ne pas savoir s’ils pourront aller travailler le jour suivant, la semaine suivante. Même quelques résidents de l’ehpad ont pris la parole. Ils dénoncent « l’incapacité des docteurs, leurs manques d’attention et de responsabilité envers leurs propres patients. »

La CGT qui était aussi présente, accompagnée d’autres syndicats dont Force Ouvrière, leur souhaite « de tenir et d’obtenir ».

Cette fin après-midi, une délégation lancera un ultimatum à la direction et à l’administration de l’établissement.

Précédemment suite à la publication d’une lettre ouverte du syndicat FO, la direction avait indiqué avoir pris en compte la demande du syndicat et mis en place des moyens pour pallier l’absence d’infirmières.

Dans un communiqué parvenu ce soir, Le CHU d’Angers indique « avoir parfaitement conscience de la difficulté de la situation, que beaucoup d’EHPAD connaissent également. » et de préciser qu’un plan de fidélisation en direction des personnels a été présenté en début d’année.

D’autres décisions ont été prises pour trouver des solutions, indique la direction du CHU comme :

· Pourvoir les postes vacants ;

· Mutualisation des équipes

· étudier toutes les situations individuelles des contractuels avec augmentation du temps de travail quand cela est possible

· Application HUBLO toujours active, appli permettant de se porter volontaire pour faire des heures supplémentaires dans d’autres secteurs du CHU que celui de rattachement

· Renfort de l’HAD, hospitalisation à domicile, les Infirmières de l’HAD sont autorisées à intervenir en EHPAD pour des soins techniques

· Renfort des infirmières libérales, matin et soir, pour des soins techniques

· Le CHU va également organiser selon des protocoles précis la distribution déléguée des médicaments par les aides soignants sous la supervision des infirmiers.

La direction du CHU « fait son possible pour trouver des solutions durant cette période toujours sensible (avril mai juin). En juin, l’établissement aura le bénéfice des sortes d’écoles avec l’arrivée de professionnels de santé nouvellement diplômés et certains congés maladies seront terminés, permettant ainsi de retrouver un effectif normalisé. »

Continuer à lire
Advertisement
Cliquer pour commmenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 8