Angers

Le CHU d’Angers s’organise pour la saison estivale

Publié

le

DR – De gauche à droite : Arnaud Pouillart, directeur adjoint du CHU, Docteur Dominique Savary, chef de service des urgences et le docteur Guillaume Bouhours, vice-président à la commission médicale d’établissement.

Le CHU d’Angers évoque les dispositifs mis en place pour assurer la continuité des soins durant l’été la coopération territoriale.

L’hôpital public étant actuellement dans une situation de crise de l’emploi et épidémique, le CHU d’Angers a préparé la saison estivale. Tandis que les hôpitaux de Bordeaux et de Grenoble ferment leur service d’urgences, Angers prend la décision d’assurer la continuité de ses soins, malgré la situation des plus compliquées. Dans le but de réduire le nombre de patients aux urgences, avoir un quota de lits et de personnel suffisant, et préparer le retour du covid, plusieurs dispositifs ont été mis en place.

Répondre aux besoins en lits

Tout d’abord le CHU met en place au sein de l’établissement une cellule d’ordonnancement, permettant de voir en temps réel le nombre de lits disponibles sur le nombre total qui est de 1200. Ils définissent alors le besoin en lits aux urgences, qui pourrait être libéré dans chaque service. Cela permettra d’assurer les soins des personnes en urgences, dans une période ou le nombre de lits est inférieur, dû à la baisse d’activité. En temps normal, 33 lits en service d’urgences sont disponibles par semaine.

Un contexte difficile

En plus du manque de lits en été, la crise du manque de personnel soignant perdure. Pour combler ce manque, il faudrait embaucher 200 salariés pour remplacer les soignants en congés, à l’heure actuelle 70% du quota est respecté. Afin d’attirer vers ces postes d’aides soignants et infirmiers, il a été décidé de supprimer la période de stage avant l’embauche et donc embaucher le personnel sur des emplois vacants directement en tant fonctionnaire. Enfin, les salaires ont été valorisés (aux alentours de 100 euros supplémentaires par mois pour le personnel paramédical).

Désengorger les urgences

Malgré la crise multilatérale à laquelle l’hôpital public fait face, les services d’urgences ne cessent de s’engorger pour autant. Le directeur adjoint du CHU, Arnaud Pouillart appelle les patients à « téléphoner avant de se rendre aux urgences, que ce soit le 15 ou le 116 117, afin de définir la gravité de l’état de santé des personnes avant qu’elles se rendent au CHU sans que ce soit réellement urgent ou assez « grave ». Pour autant, il ne faut absolument pas renoncer à se faire soigner et refaire les erreurs du temps de la pandémie ». Le nombre de patients en urgences est autour de 260 passages par jour à Angers, un nombre à la hausse, et le temps d’attente moyen est autour de 4h53 en 2022.

Point covid

En ce qui concerne le virus du covid, son taux d’incidence repart à la hausse atteignant le nombre de 346 en Maine-et-Loire. Il s’agit aujourd’hui des sous-variants BA4 et BA5, plus contagieux mais moins virulents selon les études. Les médecins appellent donc à nouveau à la vigilance, au respect des gestes barrières ainsi qu’à la préparation d’un très probable retour du port du masque en lieu public.